Instruction civique : une campagne menée dans le district de Hinda sur les symboles de la République

Samedi 6 Juillet 2019 - 16:30

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Sous l'égide du sous-préfet, Edouard Dinga Oba, une campagne de sensibilisation aux valeurs que représentent les symboles de la République, ainsi qu' au recensement administratif et aux autres préoccupations relatives à l'état civil a eu lieu du 24 mai au 23 juin, à travers les dix-huit villages que compte la sous-préfecture.

L'inspectrice cheffe de foyer d’animation et d’instruction civique de Hinda, Henriette Koutia, a signifié au cours de la campagne que la connaissance des symboles de la République contribue efficacement à mieux lutter contre les antivaleurs dans les villages de cette sous-préfecture. Elle a expliqué aux habitants le sens des six symboles du pays, notamment le  drapeau, la devise, l’hymne national, le sceau de la République,  les armoiries et le portrait officiel du chef de l'Etat.

Pour sa part, Esaïe Tchiloulou Biangana, secrétaire général du district de Hinda, a mis l’accent sur l’importance du recensement administratif, du recensement à vocation d’état civil, le nombre réel des personnes détenteurs des armes de chasse, les personnes imposables en vue du payement de la taxe départementale, le nombre  exact des églises, des hôtels,  des débits de boissons, des partis politiques, la salubrité publique, etc.

Dégageant ainsi l’importance de ces descentes, Edouard Dinga Oba a indiqué que celles-ci s’effectuent conformément aux orientations reçues de la hiérarchie et permettent  d’être en contact permanent avec la population.

« Ces retrouvailles ont pour principal objectif de faire  passer les orientations de la hiérarchie et aussi échanger avec les habitants sur  les problèmes auxquels ils sont confrontés au quotidien, dans leurs  villages respectifs », a-t-il signifié. 

 Rock Pénitence Tati et Ghislain Makaya, respectivement chefs de village Ntoto Siala et Tandou Milomba ont, de leur côté, souligné quelques problèmes rencontrés par les habitants, relatifs aux  conditions d’obtention du permis d’autorisation de port d’armes de chasse, aux critères d’obtention de la carte de résident pour des sujets étrangers et autres. En outre, ils  ont souhaité la réouverture de la piste agricole Loukounda-Tchi foul Maboukou et la mise en place des cantines scolaires dans quelques écoles publiques de leurs villages.

Séverin Ibara

Légendes et crédits photo : 

La photo de famille lors de la campagne dans un village de Hinda / Adiac

Notification: 

Non