Interview. Isabelle Beke: « La mode est une particularité de chaque individu »

Jeudi 19 Septembre 2019 - 20:31

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Fille d’un diplomate et d’une infirmière, Isabelle Beke est originaire de la Côte d'Ivoire. Présentatrice-télé et mannequin vivant à Paris, elle a su se démarquer dans l'univers de la mode où racisme et sexisme battent leur plein. Belle, intelligente et travailleuse, cette férue du cinéma et des podiums nous parle de son parcours.

Les Dépêches du Bassin du Congo (L.D.B.C.) : Parlez-nous brièvement de vos débuts en mannequinat et au cinéma.

Isabelle Beke (I.B.) : Pour commencer, je n 'ai jamais eu un penchant quelconque pour la mode. J’ai été découverte à Lyon dans un centre commercial par la directrice d'une agence de mannequinat qui trouvait que j’avais cette petite chose étincelante en moi pour faire ce métier. Elle m’a donc convaincue de signer dans son agence Gladys fashion. Mon apparition sur la couverture du magazine Amina m’ouvrira par la suite les portes du cinéma. 

L.D.B.C. : Quelles sont les difficultés que vous avez rencontrées lors des castings ?

I.B. : J’en ai rencontré plusieurs, dans un monde où existent le racisme et le sexisme. Etre mannequin noir n'est pas une parfaite représentation de la clientèle européenne. Plusieurs fois, j’ai été vexée mais pour autant je n’ai pas abandonné car je croyais en moi.  

L.D.B.C. : Comment définissez-vous la mode ?

I.B. : La mode n'a pas de connotation unique car chacun peut se l’approprier à sa guise. Il suffit d'être heureux dans les vêtements que vous avez sur vous. Et personnellement, je pense que la mode est une particularité de chaque individu. Si les lunettes "tendance" et énormes de Gucci ne vous vont pas, choisissez un modèle adapté à votre vissage. Au finish ce qui compte, c’est de se faire plaisir.

L.D.B.C. : Comment avez-vous réussi la transition du défilé de mode au cinéma ?

I.B. : Avec le temps, j 'ai pris du poids donc je ne pouvais plus faire les podiums. Ainsi, mon agence m’a axée sur les photos, les publicités et les films. Donc, tout s’est fait naturellement.

L.D.B.C. : Comment faites -vous pour concilier vie familiale et vie professionnelle ?

I.B. : Je l 'avoue, ce n’est pas toujours facile ni évident car parfois je dois organiser mes tournages de façon à ne pas être trop longtemps absente de mon foyer. Le plaisir d'être maman et la chance d'évoluer dans un domaine que j'aime vraiment me rendent la vie moins compliquée pour faire un planning équilibré.

L.D.B.C. : Quelles sont vos meilleures collaborations dans vos deux métiers ?

I.B. : Je citerai la réalisation de mon rêve de jeune fille de travailler avec la marque cosmétique « Maybelline » grâce au photographe Mario Epania. Et du côté cinéma, j'ai été heureuse de travailler avec des acteurs et réalisateurs talentueux tels qu’Eriq Ebouaney, Mamady Sidibe, Aïssa Maiga et Owell Brow, respectivement pour les films "Alice" et " No Way".

L.D.B.C. : Peut-on connaître le secret de votre peau noir ébène ?

I.B : Le secret pour ma peau est une belle histoire d'amour entre le beurre de karité et moi. Il a tellement d’excellentes propriétés car il répare, nourrit, adoucit en profondeur et rend la peau aussi soyeuse que celle d'un bébé. Alors, comment résister ?

L.D.B.C. : Avez-vous des projets pour votre vie dans dix ans ?

I.B. : Dans une décennie, je nourris l’envie de devenir productrice de films, installée à Abidjan.

L.D.B.C. : D'autres passions en dehors de la mode et le cinéma ?

I.B. : Bien sûr, la gastronomie et, d'ailleurs, depuis le mois de juin dernier, ma sœur et moi avions ouvert un restaurant de spécialités africaines dans le 17e arrondissement Paris.

L.D.B.C. : Un conseil pour garder la ligne ?

I.B. : Boire beaucoup d'eau, oublier les aliments transformés, manger sainement et surtout faire régulièrement du sport, c'est bien pour la santé.

L.D.B.C. : Votre mot de fin…  

I.B : Prenons conscience que la vie est belle, courte et qu'il faut profiter de chaque instant qu'elle nous offre.

¨Propos recueillis par Karim Yunduka

Légendes et crédits photo : 

Isabelle Beke

Notification: 

Non