Justice : de nouvelles charges pèsent sur Jean Didier Elongo

Mardi 15 Janvier 2019 - 17:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Poursuivi à nouveau pour détournement des fonds publics mais cette-fois à la Direction générale du contrôle des marchés publics (DGMP), le procès de Jean Didier Elongo a été renvoyé au 21 janvier à cause de l’absence des avocats de l’Etat, constitué partie civile dans cette affaire.

Après le non-lieu dans l’affaire de détournement présumé de sept cents millions FCFA, liés à la peinture du Centre hospitalier universitaire de Brazzaville, Jean Didier Elongo est supposé avoir détourné cinquante millions FCFA entre 2009 et 2018 pour le compte de la DGMP. En effet, le ministère public et l’Etat congolais lui reprochent d’avoir créé des emplois fictifs pendant près de dix ans car, les effectifs des agents de la DGMP retenus à cinquante sont passés à cent cinquante travailleurs, sous sa direction.

Répondant à une question des juges lors de l’enquête de personnalité, le principal accusé a nié avoir été entendu par la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST) pour les faits qui lui sont reprochés. « Je n’ai jamais été convoqué à la DGST pour les faits qui me sont reprochés mais, pour la corruption qui m’était reprochée par rapport au CHU. Donc, tout ce qui est dit ici, Monsieur le président, me paraît même surprenant parce que je n’ai jamais été convoqué pour une enquête préliminaire à la DGST. Je l’ai appris le 2 août lorsque la chambre d’accusation rendait l’ordonnance de mise en liberté par rapport à la première affaire, c’est là qu’on m’a donné lecture de cette nouvelle inculpation », a indiqué Jean Didier Elongo après la lecture de l’acte d’accusation.  

Le procès qui s’est ouvert le 15 janvier à la Cour d’appel de Brazzaville, sous la direction de Christian Oba, a été renvoyé au 21 janvier à la demande de la partie civile. En effet, Mes Jean Prosper Mabassi et Armand Blaise Galiba, qui se sont constitués avocats de l’Etat séance tenante, ont demandé à la cour le renvoi de cette affaire afin de leur permettre de s’enquérir de la constance et de la substance du dossier.  

Parfait Wilfried Douniama

Légendes et crédits photo : 

Jean Didier Elongo échangeant avec ses avocats après la suspension de l’audience du 15 janvier/Adiac

Notification: 

Non