Justice : le procès en appel de Vital Kamerhe renvoyé au 7 août prochain

Samedi 25 Juillet 2020 - 15:48

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Selon le juge président de la Cour d’appel, ce renvoi intervient pour régulariser la saisine.

Attendu le vendredi 14 juillet, le procès en appel de l'ex-directeur de cabinet du chef de l’État, Vital Kamerhe, et de l’homme d’affaires libanais, Samih Jammal, directeur général de Samibo et de Husmal, n’a hélas pu avoir lieu. Il a tout simplement été renvoyé au 7 août au grand désenchantement de nombreux compatriotes qui tenaient à suivre les péripéties de cette nouvelle saga judiciaire, bien que la retransmission en direct à la télévision nationale n’a pas été garantie. La raison avancée par la Cour d’appel porte essentiellement sur le besoin de régulariser la saisine. En attendant, cette haute juridiction a déjà sa composition : le juge Kosi préside la séance, le magistrat Munduku assumera la charge du ministère public tandis que Me Coco Kayudi est l’avocat de la République. Le leader de l’Union pour la nation congolaise (UNC), qui se fera assister de son conseil dont Me Jean Marie Kabengele, se dit très serein quant à ce procès en appel. Il espère qu’à cette étape du dossier, son innocence sera enfin établie et aidera à tourner définitivement cette page sombre de sa vie en tant qu’acteur politique.  

Il est à noter que l’appel est une voie de recours que la personne condamnée peut exercer à l’encontre d’un jugement rendu en matière contraventionnelle, correctionnelle ou criminelle. Il permet de procéder à un nouvel examen du dossier, par un autre ou d’autres magistrats composant la Cour d’appel.  

Pour rappel, le tribunal avait, au premier degré, déclaré « établie en fait et en droit l’infraction de détournement des deniers publics portant sur le montant de 48.831.148 dollars à charge des prévenus Samih Jammal et Vital Kamerhe Lwa Kanyingini et, en conséquence, les a condamnés chacun à vingt ans de travaux forcés. À cela s’est ajouté l’interdiction pour dix ans, après exécution de la peine, du droit de vote et du droit d’éligibilité en ce qui concerne le prévenu Kamerhe Lwa Kanyingini Vital, par ailleurs, interdit d’accès aux fonctions publiques et paraétatiques quel qu’en soit l’échelon, sans oublier la confiscation des fonds contenus dans ses comptes.       

 

 

Alain Diasso

Notification: 

Non