Justice : les trois juges nommés à la Cour constitutionnelle ont enfin prêté serment

Mercredi 21 Octobre 2020 - 19:23

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Les trois nouveaux juges de la Haute Cour ont prêté serment devant le chef de l'État, Félix Tshisekedi, le 21 octobre, au Palais du peuple de Kinshasa, au cours d'une cérémonie solennelle organisée à cet effet par le protocole d’Etat.

Le point de non-retour avait été franchi lorsque la présidence de la République s’est décidée, la veille, après moult tergiversations, de confier l’organisation de la cérémonie de prestation de serment des nouveaux juges de la Cour constitutionnelle au protocole d’Etat. On savait, en ce moment-là, que Félix Tshisekedi avait pris l’option de foncer nonobstant les chants de sirène des caciques du FCC criant à la violation de la Constitution. La formule a marché. Ni la bouderie des présidents de deux chambres du Parlement, encore moins les caprices du Premier ministre n’ont été en mesure de bloquer la machine. Les trois juges nommés, le 17 juillet dernier, sur ordonnance présidentielle étaient bel et bien dans la salle le  21 octobre et ont prêté serment devant le chef de l’Etat qui en a pris acte. Il s’agit des juges Dieudonné Kaluba (proposé par le président de la République), Kalume Alphonsine et Dieudonné Kamulete Badibanga (nommés sur le quota du Conseil supérieur de la magistrature).

C’est dans une effervescence particulière que s’est déroulée cette cérémonie haute en couleur dans un hémicycle pris d’assaut par des centaines des militants de l’UDPS et des partis alliés. Ces derniers ont occupé des sièges laissés vacants par des députés membres du FCC qui ont brillé par leur absence conformément à la consigne de boycott donnée par la direction de leur plate-forme. Plusieurs personnalités du monde politique, économique et culturel étaient visibles dans la salle. Des chefs coutumiers ainsi que des diplomates accrédités en RDC étaient également présents à l’hémicycle pour donner leur quitus à une cérémonie pour le moins controversée. Outre les leaders des partis alliés tels que Franck Diongo ou encore Bahati Lukwebo, Noël Tshiani, l’on a noté également la présence de quelques cadres du FCC à l’instar du gouverneur Gentiny Ngobila, son adjoint Néron Mbungu, et Pius Muabilu. D’autres personnalités telles qu'Abed Achour, Bijou Goya, pasteur Pascal Mukuna, etc., ont rehaussé de leur présence à cette manifestation. Celle-ci s’est déroulée sous la forte présence policière, étant entendu qu’on redoutait une incursion des militants du PPRD-FCC qui aveint reçu la consigne de faire capoter la manifestation.

C’est dans le calme que la manifestation s’est achevée non sans avoir laissé un arrière-goût d’une crise latente au sein de la coalition FCC-Cach. Pour nombre d’observateurs, rien ne sera plus comme avant après ce coup de force opéré par le chef de l’Etat, dans ses relations avec le FCC. Les prochains jours nous en diront davantage.    

Alain Diasso

Notification: 

Non