Kongo central : Olpa soulagé après la libération d’un journaliste à Matadi

Jeudi 16 Juillet 2020 - 17:29

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

L’ONG condamne néanmoins l’interpellation injustifiée du journaliste et exige la restitution inconditionnelle de la carte mémoire de sa caméra restée auprès du service qui l’a interpellé.

L’organisation indépendante de défense et de promotion de la liberté de presse, l’Observatoire de la liberté de la presse en Afrique (Olpa), s’est dite soulagée après la libération de Patrick Palata, journaliste à Tala Tala télévision, station privée de télévision émettant à Matadi, dans la province du Kongo central. Tout en exprimant son soulagement à la suite de cette libération, Olpa condamne néanmoins cette interpellation injustifiée du journaliste et exige la restitution inconditionnelle de la carte mémoire du journaliste.

L’ONG indique que Patrick Palata a été libéré, le 14 juillet, tard dans la soirée, après 48 heures de détention au cachot de l’Agence nationale des renseignements (ANR/Matadi). « Son matériel de travail confisqué (caméra) a été restitué sans la carte mémoire contenant les images du reportage sur les incidents du village Boko II situé à 10 km de Matadi », a regretté Olpa dans son communiqué du 15 juin.

Il est rappelé que le journaliste Patrick Palata a été interpellé, le 12 juillet, par l’ANR/Matadi, qui l’a accusé d’avoir publié les éléments sonores d’un reportage relatant les circonstances de la mort par balle de Mme Charlotte Konde, tuée par un membre de la garde rapprochée du gouverneur du Kongo central, Atou Matubuana,  qui avait effectué une descente à Boko pour apaiser les usagers du pont Maréchal Mobutu qui protestaient contre la hausse de la taxe du péage.

Lucien Dianzenza

Légendes et crédits photo : 

Le journaliste Patrick Palata

Notification: 

Non