Lire ou relire: "Chants du cœur " de Destinée Doukaga

Jeudi 17 Octobre 2019 - 21:46

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Georges Duhamel déclarait, « si la civilisation n’est pas dans le cœur de l’homme, eh bien ! elle n’est nulle part ». Dans cette dynamique s’inscrit la voix lyrique de la poétesse congolaise qui dévoile son verbe enchanteur et éveilleur à travers une plume mature. 

Édité par L’Harmattan,"Chants du cœur", recueil de cent trente-six pages, est subdivisé en quatre parties distinctes. La première est celle éponyme au livre, la deuxième est intitulée "Puits du cœur", la troisième "Chants d’amour" et la dernière, "Chants à ma mère ". Les cinquante-trois poèmes de ce recueil sont tous datés.

Combien, dans nos sociétés matérialistes et en crise, manifestent encore un certain état d’âme face aux angoisses et aux peines de leurs contemporains ? Il faut avoir un cœur de poète comme Destinée Doukaga pour en être capable; ce cœur qui s’émeut devant la douleur, les larmes et les luttes existentielles de la société dans laquelle le destin nous place. Mais tout de même, un cœur qui sait voir les choses du bon côté sans sombrer dans le fatalisme à cause des pesanteurs de tous genres.

Si la poétesse s’indigne des tartufferies du monde politique (p.17) et de l’inconstance de la plèbe (p.52), elle est aussi visionnaire au sens hugolien, en étant une force de propositions pour l’essor de sa patrie (pp.18, 23, 25, 40) et du continent africain (p.46). Par ses écrits, Destinée Doukaga s’érige témoin de l’histoire en l’exprimant en ces termes : « Je leur dirai tout ce que j’aurais vu ; lu et entendu » (p.53). La mélodie de son cœur est celle de l’ouverture aux autres et de la négation des replis identitaires.

Derrière cette âme combattante, se révèle donc un personnage modeste et empathique qui n’hésite pas de dire ses silences intérieurs, ses convictions, ses amours et sa confiance en Dieu, l’artiste du destin.  « Au firmament mes vues rivées, à l’Eternel des armées mon seul pilier. Du succès au danger de la célébrité, je ne crains pas les retombées. Dans ma tombe comme au sommet, je n’ai que mon humilité pour ultime fierté », écrit-elle à la page 79.

Actuelle ministre de la Jeunesse et de l’instruction civique, Destinée Doukaga est née le 8 octobre 1983 à Dolisie, en République du Congo. Elle est auteure de cinq livres dont un autre recueil de poésie "Héros dans mes veines" ( septembre 2014) et trois romans, "Mon labyrinthe" ( mai 2014), "Terre Battue" (2015), "Moi président !" (2019).

Aubin Banzouzi

Légendes et crédits photo : 

Couverture du livre

Notification: 

Non