Lire ou relire: "Les bénévoles" d'Henri Djombo

Vendredi 7 Septembre 2018 - 20:17

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Publiée aux éditions Hémar, l'oeuvre est une comédie centrée sur les prestations de trois jeunes formés et choisis lors de la journée nationale du bénévolat pour combattre le braconnage et le commerce illicite des espèces protégées.

Dans un premier tableau, l’auteur développe des petites scènes qui reflètent les faits concrets de la société. Après avoir donné des instructions à trois jeunes bénévoles, gardiens de l'écologie et de la biodiversité, le superviseur les place à l’aéroport pour le contrôle.

Arrivés sur le terrain malgré leurs tenues de service, ces trois jeunes sont minimisés à cause de leur âge. Le premier passager pris en délit est un trafiquant d'espèces animales protégées. Voulant bien tenter de le corrompre, il est plutôt arrêté par ces agents qu’il prenait pour des enfants. Malgré leur adolescence, ils n’osent tolérer aucune injustice, au contraire ils se dévouent à appliquer la loi en toute sincérité et courage.

Le deuxième passager se présente. Comme le premier, considérant l’âge de ces jeunes jouant le rôle de policier, d’agent forestier et de douanière, il pense les influencer et s'en tirer sans peine avec des cornes d’ivoire dissimulées dans sa caisse. Pourtant, l’éléphant est une espèce animale intégralement protégée et la chasse à l'éléphant ainsi que le commerce d’ivoire sont strictement interdits. Il subira la rigueur de la loi, contre son étonnement. Les enfants ne lésinent pas à soumettre au même sort un autre trafiquant transportant des caisses contenant les gibiers comptés parmi les espèces protégées.

Dans le deuxième tableau, l’auteur présente une scène dans laquelle le policier, l'agent forestier et la douanière sont toujours en situation de contrôle des marchandises. Un malhonnête transporteur tente d'imposer la loi du silence par la corruption mais en vain puisqu'il sera arrêté.

Quant au dernier tableau, il présente le superviseur de stage qui intervient pour apprécier le travail exercé au cours de la journée par les trois bénévoles. Il loue leur intégrité et leur sens professionnel.

Mais toute l’expérience faite révèle qu’il y a un problème pernicieux qui prend de l’ampleur dans la société. Tous les cas auxquels ils ont fait face manifestent un désir collectif, celui de corrompre. En effet, si les réalités pareilles persistent, que deviendront les générations futures ?

Pour y faire face, comme préconisé dans la pièce, les pouvoirs publics devraient affecter des budgets conséquents à la gestion des aires protégées pour garantir la sécurité de la flore et de la faune. Ils doivent penser à instaurer une cour pénale internationale sur les crimes environnementaux et le commerce illégal des ressources biologiques.

Aubin Banzouzi

Légendes et crédits photo : 

Illustration

Notification: 

Non