Littérature : Evy Yang signe son premier livre, « La vie cachée d’un homme connu, la légende One »

Lundi 23 Mars 2020 - 16:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

La cérémonie de présentation officielle et dédicace de cet ouvrage de 217 pages a eu lieu, le 7 mars dernier, à Paris en France. L’auteure compte également le présenter à Brazzaville, Pointe-Noire et Kinshasa, au mois d’avril.

  Publié en janvier 2020 aux Editions Saint Honoré, à Paris, le roman « La vie cachée d’un homme connu, la légende One » est déjà en vente dans les librairies.  Le personnage principal de ce livre nous inspire le parcours d’un battant, dont le courage et la détermination ont su avoir raison du piteux état dans lequel la nature l’avait obstinément contraint à la résignation.

Se retrouvant tôt orphelin, celui qui était « la mouture d’une star en gestion », voit sa vie basculée et anéantie, aussi bien affectivement que matériellement. Doté d’un courage hors norme, et malgré sa situation d'orphelin, il ne s'était pas résigné devant les épreuves de la vie. Inlassablement, il a su dompter les vicissitudes et s’est donné un nom.  Il devint une star de football congolais et fut compté parmi les grands joueurs africains. Sa vie riche de sens, particulièrement pour l’amour du prochain qui l’animait, influença son caractère jovial et humble qui lui ouvrit les portes de la reconnaissance de tous. 

 Le roman « La vie cachée d’un homme connu » définit bien celui qui était considéré comme un ami, un confident et un père.  C’est le portrait du héros que l’écrivain invite les lecteurs à découvrir qui n’est autre que son père, Alphonse Yanghat dit « One », un homme qui détenait de multiples casquettes au plan national et international, dans le domaine du sport, en athlétisme c’était une légende de l’équipe de relais 4 x 100m ; en football, champion d’Afrique des clubs champions en 1974, au Caire en Egypte, avec le Club athlétique renaissance aiglon (CARA) de Brazzaville (Congo), deuxième meilleur buteur de la compétition avec neuf buts marqués. Mais aussi, international avec les Diables-Rouges, l’équipe nationale congolaise, au milieu des années 1970. Alphonse Yanghat a joui d’une grande célébrité.

En lui rendant hommage sur la quatrième de couverture, Evy Yang stipule « A travers ce roman j'ai voulu retracer l'histoire de mon père qui, par son courage et sa détermination, a su créer son propre destin. », a indiqué l’écrivain.

Espérance Victoire Yanghat dit Evy Yang est née dans une famille nombreuse, elle a appris dès son enfance à aimer, à écrire, à partager, à être sociable, ce à quoi elle s’attèle jusqu’à ce jour. Devenue grande, elle décide pleinement de mettre en évidence ces valeurs qui deviennent au fil des années son cheval de bataille. Aussi, en 1989, elle crée une association afin de venir en aide aux jeunes. En 2014, elle crée une autre association nommée « FIED » (Forum International Enfant Debout), dont le but est de venir en aide aux orphelins, aux veuves et aux démunis en difficulté pour redonner à chacun le sens de la famille.

Elle s’investit dans des voyages en Europe et en Afrique pour être proche de ceux qui sont dans le besoin. Elle se lance dans une formation d’assistante sociale, assure également l’accompagnement des personnes en situation de handicap ou âgées.

Du jour au lendemain, sa vie prend un autre tournant avec la découverte de la souffrance et la douleur liées à la perte d’un parent, ce qui est comme un opprobre pour elle. Devenue orpheline, Espérance Victoire Yanghat s’est remise à l’écriture « J’ai eu un déclic » proclame-t-elle. Désormais, elle n’accompagnera plus que les orphelins et les personnes en difficulté, mais elle vivra et partagera aussi son expérience en tant qu’orpheline de père ; elle se mettra à écrire de belles histoires vraies rencontrées durant son parcours.

Selon Evy Yang, perdre l’un de ses parents n’est pas une fatalité en soi, l’idéal est de s’accrocher à la vie, et de remettre celle-ci entre les mains de l’Eternel, Dieu, comme le fut son père qui a terminé la sienne en tant que pasteur d’une église.

Rosalie Bindika

Légendes et crédits photo : 

Photo : la couverture du roman « La vie cachée d’un homme connu, la légende One »

Notification: 

Non