Livre : « Moi, Jessica femme violée », un ras-le-bol contre les agressions sexuelles

Jeudi 9 Juillet 2020 - 21:30

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Court récit d’une dizaine de page écrit par Prince Malela avec le concours de l’écrivain Christ Kibeloh, « Moi, Jessica femme violée » est une interpellation sur les cas de violence, notamment de viol, perpétrés à l’égard des femmes. Un sujet sensible ayant fait écho durant et après le confinement dans plusieurs pays.

« Moi, Jessica femme violée », un titre évocateur qui interpelle au premier regard ou à la première écoute. Nous avons, pour la plupart, déjà entendu parler de ce sujet sensible, été témoins de la situation ou côtoyé des victimes de violence sexuelle. Une proximité pourtant très éloignée du fait d’en être victime. Et, c’est ce que nous partage ce récit inachevé, promettant une suite au lecteur.

Histoire fictive, le recueil raconte les péripéties d’une trentenaire qui a subi une agression sexuelle troublante lorsqu’elle avait quinze ans. Un événement qui a bouleversé sa vie et interrompu brutalement le cours de celle-ci. « Je connais dans mon entourage et je rencontre plusieurs femmes ayant déjà subi des agressions sexuelles. Moi, Jessica femme violée, est un peu leur histoire à toutes, à laquelle j’ai voulu donner voix à travers ce récit pour interpeller plus d’un sur l’existence de ce fléau qui continue de détruire la vie de nombreuses femmes », a souligné Prince Malela, auteur du livre.

Publié en avril et disponible gratuitement sur le web, « Moi, Jessica femme violée » était une manière de remettre au centre de toutes les attentions, à la sortie du mois de mars dit mois de lutte pour les droits de femmes, la question des violences sexuelles, dont elles sont souvent victimes. Ainsi, à travers cette histoire, Prince Malela veut également montrer que le combat des femmes ne mérite pas de cristalliser les attentions que durant le mois de mars. C’est une lutte qui doit se faire au quotidien.

A en croire l’auteur, ce livre est un hommage à toutes les femmes qui portent en elles les stigmates du viol. Il leur accorde la parole, elles qu’on écoute et qu’on ne croit pas toujours, afin de les encourager à dénoncer ces formes de violences. Aussi, l’ouvrage veut les motiver à se dire qu’il y a bel et bien une vie après le viol, quoique le processus de guérison peut paraître long. 

Notons que Prince Malela est un jeune entrepreneur originaire du Congo Brazzaville, résidant à Lille. Il est le président de l’association « Les Congolais de Lille » qui contribue à la promotion de la culture congolaise dans la métropole française. Il est aussi fondateur de la plateforme digitale « Congo 30 », qui promeut la diversité et la créativité de la culture congolaise. Cette plateforme a particulièrement pour vocation de mettre la lumière sur des jeunes qui se battent nuit et jour pour valoriser et honorer les talents congolais.

Merveille Atipo

Légendes et crédits photo : 

1- La couverture du livre/DR, 2- Prince Malela, auteur du livre/DR

Notification: 

Non