Logements diplomatiques : la FBCP dénonce l’occupation arbitraire d’une résidence de l'ambassade du Nigeria

Mardi 4 Février 2020 - 17:24

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Pour cette ONG de défense des droits de l’homme établie au Congo, cet acte n’est pas le premier du genre en l’espace de trois ans. Il viole le traité de Vienne qui régule les relations entre Etats.

La Fondation Bill-Clinton pour la paix (FBCP) dénonce l’occupation arbitraire d’une des résidences de l’ambassade du Nigeria à Kinshasa. Dans un communiqué publié le 3 février 2020, cette ONG de défense des droits de l’homme note que des éléments de l’armée non autrement identifiés ont occupé, depuis le 3 févier vers 17 heures, en violation du traité de Vienne, ces installations de la représentation nigériane à Kinshasa située aux numéros 38 et 40 de l’avenue Lemera, dans la commune de la Gombe.

La FBCP, qui cite des preuves en sa possession, confirme que cette parcelle est bel et bien une propriété de l’ambassade du Nigeria en RDC. L’ONG regrette également que les dix militaires bien armés postés dans ces lieux aient interdit à la diplomate nigériane, résidente dans cette parcelle, de rentrer dans son domicile.

Une récidive de la part des autorités congolaises

Pour la FBCP, ce n’est pas la première fois que les résidences de l’ambassade du Nigéria en RDC sont violées par les autorités congolaises au mépris de la procédure et des textes qui régissent cette matière. Ce qui fait dire à cette ONG qu’il y aurait une main noire derrière toutes ces tentatives de spoliation des biens du Nigeria en RDC.

Cette Association rappelle, en effet, qu’il y a plus d’une année, une résidence diplomatique du Nigeria a été violée par des policiers avec à leur tête, l’ancien bourgmestre de la commune de la Gombe et ancien ministre Dolly Makambo. « Ils ont brutalement déguerpi le diplomate qui y habitait, dont les biens ont été jetés dehors sans ménagement », a expliqué la FBCP, qui soutient qu’après des interventions, la République du Nigeria a pu récupérer sa parcelle dont elle a trouvé les murs déjà repeints par le nouveau acquéreur alors que le consul qui y habitait avait perdu une partie de ses biens de valeur dans ce déguerpissement brutal. « Il nous semble qu’il y une main noire dernier cette affaire parce que ce n'est pas la première fois que les autorités congolaise ont violé les domiciles de l’ambassade du Nigeria », a souligné la FBCP dans son communiqué.

Après ce déguerpissement et la reprise de sa parcelle, la représentation nigériane en RDC avait émis un communiqué dans lequel elle avait répertorié toutes ses parcelles situées dans la commune de Gombe à Kinshasa. Aussi avait-elle pris soin de peindre tous les murs de ses propriétés aux couleurs du drapeau du Nigeria, tout en y posant les emblèmes de ce pays. Mais, aujourd’hui, malgré toutes ces précautions, la FBCP s’étonne que l’une de ces propriétés soient, une fois de plus, violée par ceux qui sont censés maîtriser les textes qui régissent cette matière. Tout en regrettant cette action de la part de ces militaires qu’elle n’a pas pu identifier, la FBCP attend des autorités congolaises d’établir des responsabilités dans cette affaire, de remettre le Nigeria dans ses droits et de punir les auteurs de ces actes, selon la loi.

Lucien Dianzenza

Légendes et crédits photo : 

Les emblèmes du Nigeria

Notification: 

Non