Lutte contre Ebola : l'Unicef s’associe aux survivants pour arrêter la propagation de l’épidémie

Vendredi 28 Septembre 2018 - 17:30

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Les personnes qui ont été guéries de la maladie partagent leur vécu auprès des communautés touchées, à travers des présentations publiques et par le biais de témoignages à la radio.

Depuis le début de l’actuelle épidémie, la dixième du genre, quarante-trois personnes ont survécu. A en croire le Dr Gianfranco Rotigliano, représentant de l'Unicef en République démocratique du Congo, les survivants sont la preuve vivante qu'il est possible de vaincre la maladie à virus Ebola, surtout si elle est détectée et traitée rapidement.  Leurs témoignages, indique-t-il, aident à réduire la peur au sein des communautés et à encourager les personnes présentant des symptômes ressemblant à ce virus à se rendre rapidement dans un centre de traitement, évitant ainsi le risque de transmission.

 Les témoignages de survivants à Mangina, la zone de santé la plus touchée par l’épidémie, ont déjà démontré leur efficacité. Grâce à la confiance accrue envers les centres de traitement d'Ebola, à la compréhension de l'importance du dépistage précoce et du suivi des cas suspects, à une meilleure connaissance des mesures de prévention, la région a connu une réduction significative du nombre de nouveaux cas confirmés.

L’Unicef tente aussi la même expérience  avec les premiers survivants d'Ebola de Ndindi, un quartier de la ville de Beni, l'autre épicentre de l'épidémie.

Le Dr Gianfranco Rotigliano  reste convaincu que  donner aux survivants d'Ebola l'occasion de partager publiquement leurs expériences contribue à réduire la stigmatisation. « Cela donne aux survivants un rôle positif dans leurs communautés et les aide à se remettre de l’expérience d'avoir été infecté par le virus Ebola », fait –il savoir.

L’agence onusienne et ses partenaires continuent de fournir une aide psychosociale et matérielle aux survivants, comme c’est le cas pour les familles et les enfants touchés par la maladie. Il y a lieu de souligner que la méconnaissance par la  population des mesures de prévention et de traitement contribue à l’augmentation du risque de la propagation de la maladie, comme le montre le cas récemment confirmé dans la zone de santé de Tchomia. En réponse à ce nouveau cas, l’Unicef a déployé une équipe pour soutenir la riposte mise en place par le gouvernement de la République. L’organisation a maintenant des équipes d’intervention opérant à Mangina, Beni, Butembo et Tchomia.

 

Blandine Lusimana

Notification: 

Non