Lutte contre le terrorisme : la Minusma et l’UE apportent leur soutien au G5 Sahel

Mercredi 30 Septembre 2020 - 17:30

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Lors d’une réunion tripartite, le 29 septembre à Nouakchott, en Mauritanie, les membres du G5 Sahel et de la Minusma (Mission des Nations unies pour la stabilisation au Mali), avec l’aide de l’Union européenne se sont engagés à plus de coordination en matière de lutte contre le terrorisme.

Les échanges ont notamment concerné l’équipement militaire de la force conjointe du G5 Sahel qui attend toujours l’arrivée de vingt-quatre véhicules de transports de troupes promis l’année dernière par l’Union européenne. En attendant, la force bénéficie d’un appui conséquent de la Minusma, notamment en termes d’aides alimentaires, logistiques et médicales.

Cette rencontre a également été l’occasion d’aborder la situation actuelle au Mali, où un nouveau président de la transition et un Premier ministre ont été nommés, mais pas encore de gouvernement.

Rappelons qu’en juillet dernier, devant le Conseil de sécurité, le chef des opérations de la paix de l’ONU, Jean-Pierre Lacroix avait plaidé pour un programme de soutien international complet à la Force conjointe du G5 Sahel et à mieux financer l’appui que lui fournit la Minusma.

« Des progrès ont été accomplis dans le renforcement de la Force conjointe du G5 Sahel, grâce aux efforts de constitution de forces, à la révision de son concept stratégique d'opération et à l'opérationnalisation du Centre d'analyse sahélien pour l'analyse des menaces et l'alerte rapide », rappelait Jean-Pierre Lacroix.

En effet, l’appui de la Minusma à la Force conjointe du G5 Sahel, mandaté par le Conseil de sécurité, pour l’approvisionner en eau, en rations et en carburant, a également été essentiel, avait souligné l'ONU, précisant qu'au cours des derniers mois, le taux de consommation et de décaissement de l'appui fourni par la mission onusienne, grâce au financement de l'Union européenne, est passé de 21% à près de 50%.

Cependant, la fourniture de consommables vitaux par la Mission s'est révélée particulièrement utile et parfois cruciale pour soutenir la Force conjointe. « Les limites du modèle de soutien actuel présentent des obstacles importants », estime l’ONU, soulignant que le transport des rations et du carburant aux contingents de la Force reste le plus grand défi.

Yvette Reine Nzaba

Notification: 

Non