Lutte contre les cancers : la Fondation Noevy-Itoua offre du matériel de pointe au CHU de Brazzaville

Jeudi 21 Février 2019 - 13:30

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le don, composé, entre autres, d’une gamme de colposcopes, a été remis au centre hospitalier pour renforcer la capacité de dépistage du cancer du col de l’utérus chez les jeunes filles.

La cérémonie de remise officielle du matériel destiné au service de cancérologie s’est déroulée, le 20 février, en présence des ministres Bruno Jean-Richard Itoua de l’Enseignement supérieur et président de la Fondation Noevy-Itoua, et Jacqueline Lydia Mikolo de la Santé et de la population.

En plus des deux colposcopes, ce don comprend deux caméras digitales avec logiciel de capture colposcope ; deux logiciels de gestion d’image ; une vidéo, deux ordinateurs, un onduleur, un élévateur et autres appareils, sans oublier les médicaments de première nécessité. La fondation a également aménagé la salle de dépistage.

« Le cancer constitue la première cause de mortalité et un problème de santé publique en Afrique. Pour réduire la mortalité due à cette maladie, il faut faire prendre conscience de la nécessité d’une sensibilisation sans relâche de la population et d’un dépistage précoce permettant d’arriver à une guérison », a indiqué le directeur exécutif de cette ONG, Ignace Taliane Tchibamba, dans son allocution.

En outre, il a rappelé la mission que la fondation s’est assignée depuis sa création, à savoir sensibiliser, éduquer, informer et soutenir « dans la mesure du possible » la recherche sur les cancers qui touchent de plus en plus les jeunes. Sur le type de matériel et des médicaments, ce dernier a précisé qu’il n’a pas été choisi au hasard, puisque faisant suite d’une prescription « minutieuse » des utilisateurs du service de cancérologie que la fondation a « scrupuleusement respectée ».

Après avoir exprimé sa gratitude, le directeur général par intérim du Centre hospitalier universitaire (CHU) de Brazzaville, Jérémie Mouyokani, a dit toute la disposition de cet hôpital à renforcer le partenariat avec la Fondation Noevy-Itoua. Et d’ajouter, « ce geste qui répond à des besoins réels est absolument approprié ».

Priorité au dépistage et à la prise en charge

La ministre Jacqueline Lydia Mikolo estime qu’il s’agit, pour le gouvernement du Congo, de promouvoir les techniques permettant de dépister les cancers et une prise en charge efficace des lésions précancéreuses.

La tâche est importante, a-t-elle souligné car, au Congo, pendant la période 2016-2017, le registre des cancers du CHU de Brazzaville a enregistré 1157 cas, dont 522 chez l’homme et 635 chez la femme. Dans ces différents cas répertoriés, 97 concernent les enfants de 0 à 14 ans.

Elle a rappelé qu’en 2016-2017, les cancers de l’enfant ont représenté 8% et que la maladie a touché plus de garçons que de filles. La ministre pense que c’est l’occasion de rassurer la population que la lutte contre les maladies non transmissibles, en général, et les cancers, en particulier, a été prise en compte dans le Plan de développement sanitaire 2018-2019.

« Cette fondation, qui a fêté sa première année d’existence le 12 février, date qui coïncide avec le décès de Noevy, marque déjà son empreinte dans la lutte contre le cancer grâce à son inspiration. La Fondation Noevy fait bénéficier à des patientes d’un dépistage du col de l’utérus », a souligné Jacqueline Lydia Mikolo, remerciant dans la foulée, l’épouse du chef de l’Etat, Antoinette Sassou N’Guesso, qui s’est engagée à faire de la lutte contre cette pathologie son combat aux côtés des associations et autres structures œuvrant contre la maladie.

La cérémonie s’est clôturée par une visite guidée de la salle de dépistage, entièrement rénovée, portant le nom de Noevy- Itoua, en mémoire de la fille de l’actuel ministre de l’Enseignement supérieur, décédée en février 2017 suite à un cancer du côlon.

Signalons que le mois de février est dédié à la prévention et à la détection précoce du cancer, marquant également le début de la campagne mondiale de lutte contre cette maladie avec pour thème, « J’y suis, j’y vais », qui durera trois ans, et au cours de laquelle les actions de sensibilisation et de dépistage de masse seront menées partout au Congo.

Yvette Reine Nzaba

Légendes et crédits photo : 

- Bruno Jean Richard Itoua remettant un échantillon du matériel à la ministre de la Santé/ Adiac - Le directeur exécutif de la fondation délivrant son message / Adiac -Une vue de la salle de dépistage rénovée/ Adiac

Notification: 

Non