Maisons et terrains spoliés : Pius Muabilu promet de remettre l’Etat congolais dans ses droits

Mercredi 26 Février 2020 - 17:07

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Pour le ministre d’Etat chargé de l’Urbanisme et de l’Habitat, qui affirme avoir des dossiers sur ces cas dans les différentes provinces du pays, la RDC devra récupérer son patrimoine, qui échappe à son contrôle depuis plusieurs décennies et promet des sanctions contre les auteurs des actes répréhensibles.

Le ministre Pius Muabilu Mukala a regretté, après une visite le week-end à Nsele et Maluku, que plus de mille quatre cents maisons et parcelles de l’Etat congolais soient spoliées dans les deux communes. « Etant donné que les gens se sont amusés avec le patrimoine de l’Etat, j’agis pour corriger. Cela rentre dans le cadre de mes attributions », a-t-il rassuré. A l’issue de cette descente sur le terrain, le ministre Muabilu, qui affirme avoir reçu une mission du chef de l’Etat et des assignations dans le cadre de ses charges ministérielles, a promis de remettre l’Etat congolais dans ses droits. Mais il demande déjà à tous les occupants des parcelles et maisons concernées à régulariser leur situation.

Notant que cette situation concerne également plusieurs provinces du pays, le ministre promet, par ailleurs, la mise en place d’une commission pour faire ce travail. A l’en croire, en plus de Maluku et N’sele à Kinshasa, il y a Kibomango et Plazza ainsi que le centre-ville où des particuliers jouissent impunément des immeubles et maisons du patrimoine de l’Etat. « Je demande seulement aux gens de faire attention. Nous allons faire notre travail comme il nous a été demandé par le chef de l’Etat et le Premier ministre », a-t-il promis sur les ondes de la radio Okapi. Le ministre, qui note avoir les dossiers de ces situations pour toutes les provinces du pays, appelle également tous ceux qui peuvent être considérés comme des locataires dans les immeubles et maisons de l’Etat de s’acquitter de leurs obligations. Mais il promet également des sanctions pour les auteurs des actes répréhensibles dans le cadre de ce dossier.

Lucien Dianzenza

Notification: 

Non