Manifestations publiques : la police réclame le respect de la loi

Lundi 24 Juin 2019 - 19:53

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Dans son communiqué faisant le bilan de la sécurisation de l'arrivée de Jean-Pierre Bemba et de son meeting tenu à la place Sainte-Thérèse, le commissaire général de la police-ville de Kinshasa, le général Sylvano Kasongo, accuse les organisateurs d'avoir laissé leurs sympatisans commettre des actes de vandalisme avant et après cette activité.

 

 

 

 

 

Le bilan fait par le général Sylvano Kasongo, à l’issue de la « sécurisation » de l’arrivée et du meeting de Jean-Pierre Bemba, relève, entre autres, que cinq policiers ont été blessés et quatre véhicules de la police endommagés. Dans son communiqué publié le 24 juin, il regrette également l’attaque de plusieurs véhicules des particuliers, le pillage du sous-commissariat Sonapangu du quartier 2 N'Djili, de l’écran géant Orange/Bracongo, à la place SainteThérèse, ainsi que du matériel de la kermesse de ce site.

Le commissaire général de la police a fait remarquer que l’avion du président de Mouvement de libération du Congo (MLC) avait atterri à l’aéroport international de N’Djili, à 6 h 27 mn, et pour des raisons qui lui son propres Jean-Pierre Bemba avait quitté l’aéroport à 11 h.

Pour lui, les actes de vandalisme enregistrés avant et après le meeting de l’ex-sénateur étaient commis par des partisans de ce dernier, qui auraient également tenté de détruire les chantiers de la construction des sauts de mouton sur le boulevard Lumumba. « Les éléments de la police sont intervenus pour les en empêcher », a-t-il fait savoir, indiquant avoir identifié beaucoup de voyous venus avec l’intention de provoquer les forces de l'ordre.

Le général Sylvano Kasongo a rappelé que les organisateurs des manifestations publiques avaient le devoir légal de veiller à l’encadrement des participants. La démocratie, a-t-il souligné, ne doit en aucun cas donner lieu à l’anarchie. Ce qui l’amène à avertir les organisateurs de prochaines activités et leurs partisans que la police ville de Kinshasa ne va plus tolérer que « les militants des partis politiques puissent bafouer impunément les lois du pays ». « En cas de récidive, la réaction sera proportionnelle aux actions posées et dans le respect strict de la loi afin que les coupables répondent de leurs actes », a-t-il menacé.

Par ailleurs, il a félicité «ses éléments pour le travail professionnel réalisé, dans le respect strict des instructions du commandant suprême des forces armées de la RDC et de la police nationale congolaise, à savoir zéro arrestation, zéro blessé et zéro décès du côté de la population ».

Lucien Dianzenza

Légendes et crédits photo : 

La police encadrant la foule

Notification: 

Non