Marches anti-Malonda : Jean Pierre Bemba au premier rang parmi les manifestants

Lundi 13 Juillet 2020 - 18:01

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

A la suite des militants de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) et leurs alliés qui ont manifesté dernièrement pour protester contre l’entérinement de Ronsard Malonda à la tête de la Céni et les propositions de loi Minaku-Sakata relatives à la réforme judiciaire, le Mouvement de libération du Congo (MLC) s’est également mis au pas le 13 juillet.

Ph. ACTUALITE.CDSous le couvert de la plate-forme Lamuka dont il fait partie, le MLC et d’autres partis politiques de cette obédience ont tenu, eux aussi, à exprimer le 13 juillet leur désapprobation à la confirmation de Ronsard Malonda à la tête de la Céni ainsi qu’aux projets de loi controversés. Les militants de ces partis politiques étaient bel et bien dans la rue, tant à Kinshasa que dans les grandes villes du pays. Dans la capitale, ils étaient des milliers à avoir investis, tôt le matin, le boulevard Lumumba au niveau de la périphérie est.

Comme il l’avait promis, Jean Pierre Bemba, le seul leader de Lamuka présent à Kinshasa, était au premier rang des manifestants. Sa présence parmi les manifestants avait contribué à booster les énergies jusqu’à créer un engouement, provoquant plusieurs ralliements à une cause désormais partagée. Il en a profité pour haranguer la foule et improviser une procession qui s’est révélée comme un baromètre pour évaluer son niveau de popularité. Dans d’autres coins de la capitale où les manifestants devraient se rassembler, d’autres cadres de Lamuka étaient là pour assurer leur encadrement. Jean Pierre Bemba, qui entendait porter haut les revendications de son peuple, a été obligé d’entrer dans sa jeep au niveau du Pont Matete à la suite des gaz lacrymogène lancés par la police pour disperser la foule immense et hystérique.

Une incompréhension entre les policiers et les manifestants, qui tenaient à passer par Limete où se trouve le siège de l’UDPS, a donné lieu à des échauffourées. Tirs de sommation, gaz lacrymogènes, interpellations, arrestations, blessés, etc., la manifestation a pris une autre tournure. C’est sur ces entrefaites que la police a érigé une barrière pour empêcher la progression des manifestants. Ces derniers n’atteindront pas le Palais du peuple, point de chute d’une marche qui n’avait pourtant pas reçu le quitus de l’autorité urbaine.

S’exprimant à l‘issue de la manifestation, Jean Pierre Bemba a eu des mots aimables vis-à-vis des Kinois et, particulièrement, des militants de Lamuka. « Je remercie la population, Lamuka a un avenir certain (…), le sens de la marche, c’était la protestation de la population. De manière pacifique, nous disons non à la désignation frauduleuse, non consensuelle et non transparente des animateurs de la Commission électorale nationale indépendante. Je pense que le bilan est positif. Je n’ai pas entendu parler des blessés, des morts et des pillages, je me réjouis et je remercie la population », a-t-il, indiqué. Et d’ajouter que Lamuka revendique des droits et défend seulement les intérêts de la population. A noter qu’un peu partout dans le pays où l’appel de Lamuka a été entendu, les marches organisées se sont terminées dans la paix, sans incident majeur. Pas des blessés ni d'interpellations enregistrées notamment à Matadi, Goma, Kikwit, Mbandaka.

Alain Diasso

Légendes et crédits photo : 

Une foule immense pendant la marche de ce 13 juillet à Kinshasa

Notification: 

Non