Mécanisme humanitaire : les membres du comité départemental s’engagent à la mise en œuvre du dispositif

Samedi 16 Novembre 2019 - 14:14

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Démarré le 12 novembre, l’atelier de formation des membres du comité départemental des opérations humanitaires s’est achevé le 14 novembre à l’amphithéâtre du camp des 3 Martyres à Pointe-Noire sur une note satisfaisante. Les travaux de ce troisième atelier départemental organisé après ceux de Kinkala et Sibiti ont été clôturés par le directeur général des affaires sociales et de l'action humanitaire, Clément Ekiessé.

Durant trois jours de renforcement des capacités des membres du comité départemental des opérations humanitaires sur le mécanisme humanitaire, un dispositif mis en place par le gouvernement congolais à travers le ministère des Affaires sociales et de l’Action humanitaire dans le cadre de la gestion des situations humanitaires d’urgence, les participants à cet atelier ont félicité le ministère des Affaires sociales pour cette initiative très louable, le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés pour son apport et les formateurs pour leur savoir-faire.

Ces cadres congolais issus des différents ministères et départements directement ou indirectement impliqués par le mécanisme humanitaire se sont, grâce aux enseignements des quatre experts congolais disignés à la formation, appropriés des outils nécessaires du dispositif humanitaire mis en place pour faire face aux eventuelles situations d’urgence et ont pris l'engagement de mettre en oeuvre la politique nationale sur ledit mécanisme.  « Félicitation au ministère des Affaires sociales et de l'Action humanitaire qui nous a permis de comprendre le mécanisme humanitaire. Personnellement, j’ai assimilé beaucoup de choses parce que jusqu’avons cet atelier j’avais beaucoup de confusion sur la gestion des catastrophes. Les outils acquis seront mis en exergue. Je souhaite que ce comité soit actif non seulement sur les documents mais aussi sur le terrain », s’est réjoui Armand Cyrille Gassaille, directeur interdépartemental du Plan et du Développement du Kouilou et Pointe-Noire qui a promis faire la restitution auprès des autres collaborateurs pour que ce mécanisme soit effectif. 

Il a été soutenu par Mme Javelyne Zougany, chef de service catastrophe et situation d’urgence à la direction départementale de Santé du Kouilou qui a aussi remercié l’organisation de cette formation. « Cet atelier était pour moi la bienvenue. J’ai eu beaucoup de détail, surtout dans le cadre de l’évaluation des sinistrés et des réfugiés. Je rendrais compte à ma hiérarchie », a-t-elle souligné. A l’issue des travaux, la directrice départementale de l’Action humanitaire Pointe-Noire, Francine Marlène Mabounou, s’est réjouie d’avoir abrité cette formation qui s’imposait dans son département face aux situations de sinistre qui se présentent chaque fois dans la ville océane. « Les différents acteurs du mécanisme humanitaire doivent désormais s’approprier des outils du mécanisme et travailler dans la chaîne puisqu’avant, chacun travaillait dans le couloir. Et devant une situation de sinistre, on ne maîtrisait pas la chaîne de prise en charge. Nous avions déjà eu l’avantage de travailler avec l’armée dans le cadre de  l’opération Obagamé avec une simulation en mer, et  avec Nema Africa où nous avons travaillé en tenant compte du mécanisme humanitaire. Mais cette formation nous a permis de travailler avec la composante civile, je suis très comblée », a-t-elle ajouté.

Notons que l'atelier de Pointe-Noire a été animé par quatre facilitateurs. Il s’agit de Christian Roch Mabiala, directeur général des Affaires sociales, Fréderic Odzala Lendouma, magistrat attaché à la politique pénale du ministre de la Justice, Mme Aude Isabelle Ewadza, directrice de la Promotion de la femme Brazzaville, et le colonel Nizier Christian Kodia, chef de division doctrine et entraînement à la direction des Opérations de l’état-major général des forces armées congolaises, qui a développé l’aspect lié à la composante militaire sur la structuration du mécanisme . Clôturant les travaux au nom de la ministre, Clément Ekiessé a remercié les autorités départementales pour avoir facilité la tenue de cette activité, son partenaire le HCR pour l'accampagnement et les facilitateurs pour leur disponibilité. Le directeur a également félicité les participants pour leur contribution aux débats avant de prendre rendez avec ces derniers sur le terrain.

Charlem Léa Itoua

Légendes et crédits photo : 

-Photo de famille / Adiac

Notification: 

Non