Musique : Fabregas Métis noir signe chez Sony music Africa

Jeudi 22 Octobre 2020 - 19:57

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Désormais géré par le label Sony Music Africa et en pleine préparation de son tout premier album à tendance urbaine, l'artiste Fabrigas nous livre la mixture et plusieurs autres styles qui expriment le métissage de son prochain opus. Entretien.

 

Les Dépêches du Bassin du Congo :  Quel changement artistique apporte la signature chez Sony Musical ?

Fabrigas le Métis Noir (F.L.M.N) : Elle a changé plusieurs choses dans ma carrière bien que je n’aie pas encore sorti un projet sous ce label. Sony impacte mon parcours. Jusque-là, le label essaie de me donner la force avec la réalisation des clips de mon album rumba. Lorsque le projet urbain qui concerne cette boîte sera disponible, les fans pourront comprendre ce que je suis en train de dire actuellement.

L.D.B.C:  La chanson « Mumpe » fait écho dans plusieurs pays du monde. D’où est venu cette inspiration ?

 F.L.M.N : L’interprétation de cette chanson avait deux volets. L'un c’était pour rendre hommage à mes aînés pour avoir donné tout leur temps et énergies, afin de promouvoir la musique congolaise partout en Afrique comme dans le monde. L’autre, c’était pour donner un exemple d’unité. Dans notre environnement musical qui prône désormais les collaborations (featurings), nous devons être unis pour un Congo meilleur. Arrêtons des querelles qui ne servent à rien. Je connais la difficulté que représente cette démarche, mais j’espère que les choses vont changer bientôt.

L.D.B.C : Une affiche a été dévoilée sans date de sortie sur l’album « merci » de votre groupe Villanova. Quand sera-t-il disponible ?

F.L.M.N :  Nous étions durant le confinement en train de répéter virtuellement avec le groupe tous les titres du deuxième album intitulé « Merci ». Mais cette affiche-là était destinée aux fans qui l’ont conçue et nous avons seulement relayé l’information.

L.D.B.C:  Que pensez-vous des paroles élogieuses dont font part les anciens artistes qui ont quitté Wenge Musica Maison Mère ?

F.L.M.N : Je ne sais pas s’ils ne sont pas honnêtes. Je suis fier d’eux. On reconnaît un arbre à travers ses fruits et la formation reçue auprès de Werrason, nous a aidés à transmettre à nos jeunes frères le savoir.

L.D.B.C : Parlez-nous du concert prévu en Europe pour 2021.

F.L.M.N : C’est le 13 mars 2021 à la salle Double Mix à Lyon en France qu’est prévue cette prestation. Depuis mon arrivée dans la musique jusqu’à ce jour, mon groupe et moi n’avions pas eu l’occasion de faire un show en Europe. Je réserve plusieurs surprises aux fans comme jamais auparavant, la billetterie est déjà ouverte depuis le début de ce mois d’octobre 2020.

L.D.B.C. : Que peuvent attendre les fans de ce nouveau projet avec Sony Music ?

F.L.M.N : J’ai débuté la préparation de l’album en Côte d’Ivoire avec l’arrangeur Banks et en Europe avec Dany Synthé.  J’ai appris beaucoup de choses lors de l’enregistrement de cet opus. Qu’ils m’attendent sur une autre facette avec d’autres styles musicaux. Cela où je vais exprimer mon métissage en tant que Métis noir. Vous aurez de l’afro, du ndombolo, RnB, etc.

 L.D.B.C : « Épave », « Mon Paul », « Cadeau », de quoi inspirez-vous pour composer ?

F.L.M.N : Je m’inspire souvent de la nature et de ce que font d'autres artistes. (Bruno Mars, Gims, Soprano et nos frères de la RDC) afin de faire mieux en évitant la monotonie. A part eux, j’ai toute une équipe derrière avec des gens comme Michel Bass mon directeur artistique.

L.D.B.C :  Certains pensent que « attitude Mumpe » est un concept qui a omis plusieurs musiciens de la RD Congo

F.L.M.B : J’ai posé les bornes. J’ai juste asphalté les surfaces. Chacun est libre de l’utiliser comme il le souhaite en faisant la paix avec tout le monde. Il y a un certain groupe de gens qui adorent les querelles pour que leurs business marchent.  Etant l’initiateur de "attitude Mumpe", je conseille tout le monde d’y adhérer. C’est très important pour nous. Car la bonne collaboration passe par les bonnes relations qui rendent avantageuse notre musique.

 L.D.B.C :  Quels sont vos projets d’avenir hormis vos multiples albums en préparation ?

F.L.M.N : Je suis dans la production musicale depuis un moment avec Wanted Music. Je produis un artiste, Bodelair Lutete, un handicapé qui marche. Son titre « Never » sera disponible dans un avenir proche. Dans le groupe « Villanova », nous avons offert trois bourses respectivement à l’artiste Patrick Beckham le chanceux du village, Impact l’assistant du maître et Phrase Phraséologie. Grâce à ces bourses, ils pourront sortir leurs propres albums. Par exemple, Patrick Beckham a dévoilé son premier titre le 3 octobre.

Avec toutes ces bourses, l’idée est de libéraliser la musique congolaise. Nous avons donné la chance à nos jeunes frères comme nous l’avons eu auprès de Werrason. Nous faisons mieux en permettant à nos musiciens d’enregistrer des albums. C’est l’héritage que nous laissons à la musique. Ces artistes-là m’ont accompagné durant ma carrière jusqu’à ce que je signe chez Sony Music. Je dois renvoyer l’ascenseur à ces jeunes frères. Demain, je ne serai pas dans la musique congolaise, les gens se souviendront de moi sur deux points : J’ai instauré la paix et j’ai libéralisé le secteur.

Propos recueillis par Karim Yunduka

Légendes et crédits photo : 

Photos 1 et 2: L'artiste musicien Fabrigas le Métis Noir

Notification: 

Non