Musique : le métal s’invite à Brazza avec Metalletric

Jeudi 26 Mars 2020 - 20:52

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Unique groupe d’African Metal au Congo, Metallectric veut faire de nouveau entendre ses guitares saturées avec son album « Come Back ».

                                                                                                                                                                                                                     

La musique heavy métal, très prisée en Occident depuis le début des années 70, a déjà fait surgir depuis deux décennies quelques groupes en Afrique, à l’image du groupe togolais Arka’n. Si le livre de Eward Banchs « Heavy Metal Africa », datant de 2016, évoque la scène underground africaine adepte des gros riffs de guitare distordus, du Botswana au Zimbabwe en passant par Madagascar ou l’Afrique du Sud, la République du Congo n’était pas encore passée au détecteur de métal. Et pourtant.

Le Congo Brazzaville n’est pas resté étranger à cette culture occidentale et des groupes de renommée mondiale, comme AC/DC, Scorpions, Van Halen, Guns N’Roses, Metallica ou Kiss, ont inspiré Abia Streecker dit « Le Faucon Noire » pour créer en 1995 Metallectric. Cependant pour Abia, leader de cette formation, la particularité de ce combo est que ses aspérités African Metal reposent sur des rythmes de musiques traditionnelles et sur un héritage de la rumba congolaise. Dès l’année qui suit sa création, Metallectric enregistre un 1er album de douze titres « Alerte Rouge », avant de faire en 2000 une tournée des CCF dans quinze villes d’Afrique centrale. Cinq années plus tard sort le second album « Mission impossible ».

En cette année 2020, Metallectric est donc aujourd’hui en préparation d’un troisième album intitulé « Come back » pour signifier son retour sur le marché du disque. Le groupe composé de Abia Streecker et Freddy Massaki aux guitares, Ové Basse à la basse et Yvon Rock à la batterie, les quatre musiciens participant tous au chant,  s’est enrichi d’une voix féminine, en l’occurrence celle de Dalie Dandala, dans  six des dix titres figurant sur cet opus à paraître au cours de l’année. L’excellent audio « Beno bika » disponible sur la plateforme de partage Youtube témoigne de la démarche singulière de Metallectric pour faire entendre ses guitares saturées aux quatre coins de la République du Congo et on ne peut que s’en réjouir.

Philippe Edouard

Légendes et crédits photo : 

Metalletric

Notification: 

Non