Musique: « Les Amazones d’Afrique » reprennent le combat pour les droits des femmes

Jeudi 20 Février 2020 - 21:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Deux ans après « République d’Amazones », sortie en 2017, les plus grandes chanteuses d’Afrique se sont donné la voix avec leur deuxième album intitulé « Amazones Power ».

Un album de treize titres qui réitère l’engagement de ce groupe panafricain de musique. L’opus dénonce les violences faites aux femmes, notamment les mutilations génitales féminines, les mariages forcés ou encore la misogynie. « Je suis ta mère aime-moi, je suis ta sœur aime-moi, je suis ta femme aime-moi, tu n’as pas le droit de me battre, nous les femmes, toutes les femmes, nous voulons être respectées. Les hommes, écoutez la chanson que nous vous adressons, nos maux et nos peines sont nos armes, et nous les femmes, voulons le partager avec vous », déclare Kandia Kouyaté dans un couplet.

« Amazones Power » insuffle une production contemporaine et urbaine à travers laquelle se mêle musique traditionnelle mandingue, beats électro et hip-hop.  Ces mélodies africaines intemporelles et rythmiques illustrent l’urgence du changement des sociétés qui emprisonnent et maltraitent encore le genre féminin. « Ce n’est pas une question de couleur ou de culture, c’est quelque chose de générique », indique Oumou Sangaré.

Le groupe « Les Amazones d’Afrique » a été créé en 2014 par Oumou Sangaré, Mamadou Keita et Mariam Doumbia. Les trois femmes maliennes ont vite été rejointes par d’autres artistes féminines du continent telles que Kandia Kouyaté, Rockia Koné, Angélique Kidjo, Nneka, Inna Modja.

 

Cissé Dimi

Légendes et crédits photo : 

Quatre chanteuses du groupe

Notification: 

Non