Nouvel An chinois: des Congolais découvrent la technique du papier découpé

Samedi 2 Février 2019 - 13:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

À quelques jours de la célébration de la fête de fin d'année chinoise, l’entreprise China state construction engineering corporation (CSCEC) a organisé, le 1er février à Brazzaville, des échanges culturels d’apprentissage de l’art chinois au profit de ses employés congolais et leurs enfants.

 

La technique d’animation du papier découpé s’est déroulée en présence de l’ambassadeur de Chine, Ma Fulin ; du directeur adjoint de la société CSCEC, Shengli Wang ; de la conseillère économique à l’ambassade de Chine ; du directeur de la coopération et du partenariat au ministère de la Culture et des arts, Clotaire Heka Bakila-Moussitou, et autres invités de la communauté chinoise.

L’activité a été marquée, tout d’abord, par la projection d’un documentaire présentant la manière de découper un papier. Puis, s’en est suivie la pratique.

L’exercice exige une bonne coordination de la main et du regard ainsi que de l’entraînement pour arriver à maîtriser l’outil: les ciseaux, dont l’utilisation demande de la précision car, pour découper, il faut faire une séquence de gestes précis : ouvrir les ciseaux, les placer perpendiculairement au papier et les fermer, puis les ouvrir à nouveau, avancer sur le papier dans la continuité de la ligne déjà découpée… et recommencer. Pendant près d’une heure, muni des ciseaux, chacun est resté concentré afin de réussir le découpage.

Les papiers découpés ont des formes diverses. Ils sont souvent inspirés de symboles comme : un poisson; la volaille ; un animal ; un fruit ; la grue; les canards; les paysages, etc.

L’ambassade de Chine a précisé que les échanges culturels entre la Chine et le Congo ne se limitent pas qu'aux activités organisées par les gouvernements des deux pays.

Chaque institution, a-t-elle fait savoir, peut être porteuse « de la culture chinoise et jouer le rôle d’un ambassadeur culturel, qui fait découvrir la culture chinoise au peuple congolais. En organisant une activité sur le thème du Nouvel An chinois, la CSCEC a fait preuve d’un sens de responsabilité dans la promotion des échanges culturels entre les deux pays ».

Pour le responsable adjoint de la CSCEC, Shengli Wang, l’entreprise s’est attachée au développement de la coopération économique et aux échanges culturels entre les deux pays. Il a, en outre, rappelé le renforcement des liens d’amitié entre le Congo et la Chine, matérialisé par le financement et la construction de plusieurs infrastructures et établissements scolaires au Congo.

La rencontre a été marquée également par la présentation d’un spectacle de danse congolaise intitulé « Malu ».

Rappelons que la fête du Nouvel An chinois, également appelée « fête du printemps », est célébrée non seulement en Chine mais aussi dans tous les pays de la diaspora chinoise. L’essence de cette célébration se résume en trois H.

Le premier H, c’est « Hope », en anglais, ou « espoir », en français. Le deuxième H, c’est « home », en anglais, ou « famille », en français. Le troisième H signifie « harmony », en anglais, ou « harmonie », en français.

Selon l’ambassade de Chine, cette fête est célébrée au rythme de la nature, c’est l’harmonie entre l’homme et la nature. Elle est célébrée en famille dans une ambiance pacifique, c’est l’harmonie entre les gens. Le Nouvel An chinois commence le 5 février. L’année chinoise 2019, c’est l’année du signe du cochon de terre. Le cochon est loyal, honnête, confiant, sociable, travailleur mais également obstiné.

Yvette Reine Nzaba

Légendes et crédits photo : 

-Des enfants exerçant le découpage/ Adiac -L'ambassadeur Ma Fulin et Shengli Wang exhibant leur découpage / Adiac

Notification: 

Non