Paralittérature : les jeunes bédéistes formés à l’écriture du scénario

Lundi 20 Janvier 2020 - 19:04

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

La rencontre  itinérante de la bande dessinée Dikouala Bulles a organisé, les 17 et 18 janvier, à Pointe-Noire un atelier de formation sur l’écriture des scénarios à l’endroit des jeunes bédéistes.

C’est dans le souci de vouloir rendre populaire la bande dessinée (BD) au  Congo en général et à Pointe-Noire en particulier que la rencontre itinérante de la BD Dikouala Bulles que dirige l’auteure, dessinatrice et illustratrice, Jussie Nsana, que cet atelier a été organisé afin de former les jeunes appelés à exceller dans le 9e art. En dehors de leur passion pour la BD, les jeunes doivent se former afin de se professionnaliser dans ce métier.

Cette vision a été aussi partagée par le formateur Andrad Pathis Talansi, artiste, bédéiste, auteur,  illustrateur qui a, durant les deux jours de formation, apporté ses connaissances aux jeunes très enthousiastes lors de l'apprentissage.  « La formation que j’ai donnée concerne l’écriture des scénarios. Elle est la base de la bande dessinée. Ainsi, au cours de l’atelier, les jeunes ont appris comment créer les personnages, poser des plans pour mieux argumenter son histoire. Ce sont là les points-clés pour un début de scénario », a-t-il dit.

Satisfait de la formation, Archange Matsondas, déssinateur-bedeiste, illustrateur, a déclaré : « Au cours de ces deux jours de formation,  j’ai découvert beaucoup de choses que j’ignorais avant, tel le découpage-écriture dans le scénario. Nous avons aussi appris aux côtés du formateur comment situer une page par rapport aux personnages.  Désormais, nous ferons plus attention dans nos travaux et ne plus commettre les erreurs dues au manque de connaissance.» Après cet atelier, d’autres ateliers sont prévus à l’avenir a signalé Jussie Nsana à la fin de la formation. «Il est temps que nous, bédéistes, prenions les choses en mains pour que nous allions de l’avant, puisqu' à Dikoulala Bulles notre crédo est la BD congolaise à la rencontre du public comme le poisson hareng vendu par les commerçantes ambulantes», a-t-il signifié.

Hervé Brice Mampouya

Légendes et crédits photo : 

Les jeunes bédéistes et leur formateur crédit photo"Adiac"

Notification: 

Non