Parlement : le Sénat sollicite la volonté politique du gouvernement sur les questions sociales

Mercredi 24 Avril 2019 - 19:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Quatre points ont constitué, le 24 avril à Brazzaville, la toile de fond des échanges entre le bureau de la chambre haute, conduit par son président, Pierre Ngolo, et le gouvernement avec à sa tête, le Premier ministre, Clément Mouamba.

L' échange entre les deux parties, a indiqué le deuxième secrétaire du Sénat, Joseph Yedikissa-Dhadié, avait été conseillé par le chef de l’Etat, en décembre de l’année dernière, devant le parlement réuni en Congrès.

Parmi les questions abordées, les tarifs des péages sur la route nationale Brazzaville-Pointe-Noire, la situation des ex-travailleurs de l’ex-ONPT, la grogne à l’Université Marien-Ngouabi. L’objectif de la rencontre était de recueillir les impressions du gouvernement dans la résolution de ces sujets.

Sur les péages, la préoccupation du bureau du Sénat a été simple, à savoir le réalisme des tarifs institués par le gouvernement à travers le décret du président de la République, mis en cause par les opérateurs économiques. En effet, ces tarifs impactent négativement toute l’économie réelle du pays, jusqu’au panier de la ménagère.

« Nous avons pour cela demandé au gouvernement d’approfondir cette question. Bien sûr, en nous convainquant sur le réalisme des tarifs et en même temps, en nous indiquant quelles seraient les répercussions au niveau de la société », a signifié à la presse, le deuxième secrétaire du Sénat .

Quant aux ex-travailleurs de l’ex-ONPT, le gouvernement, a ajouté le deuxième secrétaire,  a donné des assurances du traitement des dossiers administratifs. Une catégorie d’anciens travailleurs ayant été admis à la retraite et  qui ne peut pas bénéficier de pensions maintenant doit être prise en compte, au titre de la solidarité nationale.

A propos du stock de sécurité de carburant, le Sénat a rappelé au gouvernement que quand il y a rupture dans le pays, ce sont les entreprises et les citoyens qui en font les frais. 

Concernant la grogne à l’Université Marien-Ngouabi, le Sénat a demandé au gouvernement d'anticiper sur cette question  afin d’apaiser le climat social.

 

   

 

Jean Jacques Koubemba

Légendes et crédits photo : 

La rencontre entre les deux parties

Notification: 

Non