Partenariat FCC-Cach : Jean-Claude Katende rappelle les conséquences de l’accord de Lemera

Mercredi 24 Avril 2019 - 17:11

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le président de l’Association africaine de défense des droits de l’homme (Asadho) a indiqué, dans une de ses pages d’opinions libres du 24 avril, que tout accord caché reste dangereux.

 

 Me Jean Claude Katende compare, d’un côté, l’accord signé entre le Front commun pour le Congo (FCC) et Cap pour le changement (Cach) et, de l’autre, celui de Lemara qui était à la base de l’Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo (Afdl) ayant défait le maréchal Mobutu et porté Laurent Désiré Kabila à la tête de la République démocratique du Congo (RDC), ex-Zaïre.

Dans sa réflexion, en effet, le juriste rappelle les questionnements de feu Etienne Tshisekedi wa Mulumba, le géniteur de l’actuel chef de l’Etat, à Laurent-Désiré Kabila. « En visionnaire, en 1997, il avait dit à Mze Laurent Désiré Kabila qu’il était prisonnier des Rwandais. Mze lui dira qu’il n' y avait pas de Rwandais dans les rangs de l’Afdl », s'est souvenu ce défenseur des droits de l’homme.

Une autre préoccupation du leader maximo était, selon Me Jean-Claude Katende, de voir le tombeur de Mobutu rendre public l’accord qu’il avait passé avec les Rwandais et d’y renoncer. Ici également, Laurent-Désiré Kabila Mze admetrra qu’il n’y avait pas d’accord. « La suite est connue. Quand Mzée se décide de chasser les Rwandais de la RDC, une autre guerre avait éclaté et on apprendra qu’il y avait les accords de Lemera que Mzée ne respectait plus. Plus tard, c’était la mort de Mzée », a fait savoir le président de l’Asadho.

L’histoire se répète

Me Jean-Claude Katende se demande si l’histoire ne se répétait-elle pas sous nos yeux, sous une autre forme et avec des acteurs congolais. « Je dis oui », répond-il, en exhortant l’actuel président de la République à livrer le contenu de l’accord passé avec le FCC. « Comme si ya Tshitshi était là, nous disons au président Félix de montrer l’accord passé avec l’ancien président Kabila », a-t-il dit. Les uns, fait-il observer, gardent le silence, et les autres disent qu’il n'y a pas d'accord.

Tout en affirmant garder aussi le silence, ce penseur libre ajoute, par ailleurs, que tout « tout accord passé à l’insu du peuple finit par se retourner contre une des parties, comme les accords de Lemera s’étaient retournés contre Mzée. Et les Congolais continuent à en payer un fort prix aujourd’hui ».

Lucien Dianzenza

Légendes et crédits photo : 

Photo: Jean-Claude Katende

Notification: 

Non