PNSA : lancement du projet « passages, bien grandir »

Mercredi 4 Mai 2016 - 14:52

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le projet à été lancé par le directeur du Programme national de la santé de l’adolescent (PNSA), Fidele Mbadu, au collège Boboto au cours de l'atelier de présentation des outils GREAT organisé par Save the children en collaboration avec ses partenaires.

Le projet  vise à améliorer l'utilisation des services de planification familiale et de santé sexuelle et reproductive chez les jeunes, surtout chez les couples de jeunes mariés, les nouveaux parents et les très jeunes adolescents en vue de favoriser des environnements normatifs qui permettent aux jeunes d'utiliser la planification familiale moderne et de planifier de manière saine et réaliste leurs premières grossesses grâce à des programmes évolutifs.

Financé par l’Usaid, ce projet d’une durée de cinq ans, soit de 2015 à 2020, devra construire des programmes et des services basés sur des données probantes pour atteindre les jeunes adolescents, en transition vers la puberté et permettre à jeter les bases pour leur santé et leur bien-être tout au long de leur vie.

Le projet « passages » comprend deux volets. Il s'agit du volet "bien grandir"  et du volet " masculinité, famille et foi".  Pour ce qui est du volet « bien grandir », l’ONG Save the children se chargera de mener une étude sur "bien grandir" dont le rôle est d'adapter et mettre en œuvre les activités visant la promotion de la santé sexuelle et reproductive auprès de très jeunes adolescents (10 à 14 ans) en passant par la transformation des normes sociales selon les approches communautaires qui sont axées sur la promotion de la notion du genre. S'agissant de l'étude sur " masculinité, famille et foi",  l’Institut  de la Santé reproductive se chargera d'améliorer l'utilisation des services de la planification familiale et de santé de reproduction auprès des jeunes, c’est –à dire des couples des jeunes mariés, des nouveaux mariés et de très jeunes adolescents. Les activités qui seront menées dans le cadre de ce projet cibleront 134 écoles dans les communes de Kimbanseke et Masina pour maximiser la couverture  et l'évolutivité.

Outre les enfants scolarisés qui participeront à des activités de la trousse lors des réunions régulières dans des clubs scolaires au sein de leurs établissements scolaires, les enfants non scolarisés sont également pris en compte dans le projet « Passages ». Ce projet ciblera également quatre cents jeunes adolescents non scolarisés. Ces derniers prendront part aux activités de la trousse à travers des clubs communautaires qui seront tenus par les organisations à base communautaire. Les parents, pour leur part, seront engagés à travers les comités des parents par des discussions autour des témoignages vidéo montrant d'autres parents qui ont adopté certains comportements-clés ciblés par le projet. Les très jeunes adolescents seront liés aux services de santé à travers des visites d'agents de santé dans les classes et les élèves aux établissements de santé.

Un tableau sombre de la santé sexuelle de la jeune fille

Lors du lancement de ce projet, la directrice pays Save the children/RDC, Heather a  dressé un tableau sombre sur les conditions de santé sexuelle chez la jeune fille en RDC, qui, selon elle, sont les principales causes de décès sans ignorer le risque de contacter le VIH-sida et les IST. Grâce à ce projet, laisse-t-elle entendre, son organisation contribuera au changement des comportements des jeunes adolescents face à cette problématique, à la promotion de la planification familiale et à la réalisation du plan stratégique de la santé de la reproduction chez les adolescents.

De son coté, le directeur du PNSA a souligné que ce projet mettra l'accent sur les transformations des normes sociales qui pèsent sur le genre. « En organisant ces activités de la santé sexuelle et reproductive en faveur des jeunes, ceux-ci pourront éviter les grossesses non désirées qui constituent un frein à leur bonne santé et à leur avenir », explique–t-il.

Aline Nzuzi

Légendes et crédits photo : 

Les élèves dans une salle de classe

Notification: 

Non