Politique nationale : le coronavirus impose une trêve politique au Congo

Jeudi 28 Mai 2020 - 12:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Depuis que le coronavirus (Covid-19) s'est déclaré au Congo, il y a environ deux mois, les états-majors politiques semblent s'octroyer une espèce de vacances politiques temporaires. Une trêve forcée par la crise sanitaire.
 

Depuis le mois de mars, l’on observe, sous l’effet de la Covid-19, un silence absolu au sein des états-majors politiques. Tant à la majorité présidentielle, à l’opposition, qu’aux partis du Centre, les agendas politiques semblent avoir  pris un coup. Est-ce parce que les assemblées de plus de cinquante personnes sont interdites ?

Le  Parti congolais du travail (PCT), quant à lui,  avait annoncé  son programme d’activités 2020, adopté à l’issue du  congrès ordinaire de décembre 2019, mais tout semble inerte . Cet agenda portait, entre autres, sur les stratégies à adopter pour mieux préparer la  victoire  de son candidat à l’élection présidentielle de 2021; le soutien du  gouvernement dans la recherche des solutions idoines aux problèmes socio-économiques actuels, ainsi que la traduction en actes de toutes les recommandations du congrès. Les activités y relatives devraient débuter dès le mois de février 2020.

Du côté du Mouvement congolais pour la démocratie et le développement intégral (MCDDI), tout semble également s’arrêter; alors que le parti avait déjà initié ses universités politiques chaque mardi. Des retrouvailles politiques au cours desquelles la direction politique  devrait échanger avec sa  base sur des questions liées  à la vie du parti et aux combats politiques à venir.

Dans les rangs de l’opposition, le constat reste le même. Depuis que le confinement a commencé, l’Union panafricaine pour la démocratie sociale (UPADS), principale formation politique de cette obédience, ne se fait plus entendre. L'offensive diplomatique sur le report de l'élection présidentielle de 2021, amorcée par le premier secrétaire de ce parti, Pascal Tsaty Mabiala, s'est arrêtée.

Même chose pour l’Union des démocrates humanistes-Yuki (UDH-Yuki). Le 18 janvier dernier, lors de la rentrée politique 2020,  le président de cette formation politique, Guy Brice Parfait Kolélas, annonçait sa candidature à l’élection présidentielle de 2021. Ainsi, pour mieux préparer cette échéance majeure, la formation  politique  projetait des  réunions publiques qui n'ont pu être organisées.

Le même mutisme est ressenti aussi bien  à la Fédération de l’opposition congolaise que dirige  Claudine Munari, qu'au  Collectif des partis de l’opposition congolaise de Mathias Dzon. On constate que plusieurs autres formations politiques à travers le pays ont pris une espèce de vacances.

Firmin Oyé

Notification: 

Non