Présidentielle 2021 : l’ARD appelle à une concertation politique nationale avant le scrutin

Lundi 27 Juillet 2020 - 14:30

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

L’Alliance pour la République et la démocratie (ARD) a tenu le 25 juillet à Brazzaville  sa quatorzième session ordinaire sous la présidence de Mathias Dzon.

Le président de l'ARD a sollicité au chef de l'Etat de convoquer une concertation politique nationale devant rassembler toutes les forces politiques et sociales en vue  de fixer la date de l’élection présidentielle. Dans le communiqué final ayant sanctionné les travaux, les participants à cette réunion  ont relevé la nécessité d’élaborer un chronogramme rigoureux, détaillé et réaliste des opérations pré-électorales, électorales et post-électorales  pour créer des conditions permissives d’une élection présidentielle apaisée, libre, transparente, équitable et crédible.

Ils ont, par la même occasion, dénoncé des manœuvres politiciennes et électoralistes visant à modifier, unilatéralement et de façon partisane, quelques dispositions de la loi électorale. En outre, les participants ont rappelé que l’organisation des actes préparatoires des élections est confiée  à l’administration, et l'ensemble du processus électoral en amont et en aval revient à la Commission électorale nationale indépendante.

Pour l’ARD, à huit mois de cette échéance, les pouvoirs publics n’ont ni annoncé publiquement la date officielle de la tenue de l’élection présidentielle de 2021, ni publié le chronogramme des activités pré-électorales, électorales et post-électorales en lien avec cette consultation politique.

Abordant le point sur la pandémie de la  Covid-19, l’ARD a déploré sa gestion. Elle s'est appuyée notamment sur les cas des pays africains comme le Sénégal, la Côte-D’Ivoire, le Gabon et le Rwanda qui ont investi massivement dans l’acquisition des équipements de dépistage et de protection des  citoyens, ainsi que le renforcement des capacités opérationnelles des formations sanitaires.

Pour l'ARD, près de 95% des Congolais vivent sans ressources financières consistantes. Cet état de fait occasionne le chômage de masse endémique, pauvreté galopante des démunis, et le très faible accès des populations aux services sociaux de base. Par ailleurs, les participants ont adopté une résolution relative à  l’évacuation sanitaire du général Jean-Marie Michel Mokoko, malade depuis quelques mois. 

 

 

 

 

Jean Jacques Koubemba

Légendes et crédits photo : 

Photo : les membres de la coordination nationale

Notification: 

Non