Présidentielle 2021 : Pierre Ngolo appelle à une compétition démocratique

Mardi 18 Août 2020 - 13:09

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Clôturant la neuvième session ordinaire de la troisième législature du Sénat, le 13 août dernier, le président de la chambre haute du parlement, Pierre Ngolo, a plaidé pour le deroulement pacifique de l'élection présidentielle 2021.

 

« Militons tous et faisons tout pour que l’élection présidentielle 2021 reste dans sa vocation de compétition démocratique de grand enjeu, à l’occasion de laquelle chaque participant est mis au défi de prouver son assise nationale. Au meilleur et au plus fort revient la victoire sans que soient créées les conditions d’exacerbation de la psychose dans la population » a-t-il déclaré, avant d’ajouter, « Par son déroulement pacifique du fait de l’observation par tous de la règle, rien que la règle, la présidentielle 2021 constitue, pour le Congo un test décisif de son avancée démocratique et pour les Congolais, un vrai baromètre de leur maturité après 60 ans d’indépendance ».

Le président de la chambre haute a par la même occasion rendu un hommage à la classe politique congolaise en reconnaissance de son comportement républicain affiché depuis que le pays vit la crise sanitaire.

« Les politiques de tout bord, en s’abstenant de soulever les passions, en choisissant de taire les querelles pour donner la priorité à l’effort de solidarité nationale, ont prouvé qu’ils étaient capables de dépassement comme l’exige leur statut de gestionnaire ou de postulant à la gestion de la cité Congo ».

Il est souhaitable, a-t-il souligné, que sur la voie de la présidentielle 2021 les acteurs politiques observent et développent cette posture saluée par les observateurs avertis.

Cette exhortation qui n’est pas assimilable à une injonction au reniement de leur action légitime pour l’atteinte de nobles idéaux, a-t-il renchéri, constitue plutôt une exhortation à la tempérance et à la responsabilité pour que le cœur chaud, la tête froide, ils abordent toutes les questions même les plus déchirantes dans un esprit de tolérance et de compréhension ne mettant guère en péril la paix sociale.

Pour Pierre Ngolo, les Congolais et tous les citoyens qui ont fait le choix de vivre au Congo, ont droit à la vie tranquille, à la liberté, à la sécurité et sont fondés d’aspirer au mieux-être. Le pari pour chaque dirigeant politique est de les amener à la matérialisation de ce rêve.

S’agissant des collectivités locales ici, le président du Sénat a signifié que la volonté de dynamiser la chambre haute doit dorénavant se fixer comme axe central de réflexion, la situation de ces entités. « La Constitution du pays, en son article 133, investit les sénateurs en tant que représentants des collectivités locales de la République entendu qu’ils sont élus par les conseillers départementaux et municipaux ».

Le fait constitutionnel de représentation des collectivités locales met les sénateurs en position d’interface entre ces entités et les institutions de la République. La décentralisation prévue par la Constitution traduit une volonté politique affirmée de favoriser et d’accélérer le développement harmonieux de nos localités.

 La seconde moitié de notre législature gagnerait à accroître le prestige de l’institution Sénat si notre action soutenue parvient à mettre en évidence, au niveau de l’opinion, la notion de représentation des collectivités locales.

 

 

 

 

Jean Jacques Koubemba

Légendes et crédits photo : 

Photo : Pierre Ngolo

Notification: 

Non