Prisons congolaises : une ONG alerte sur la rupture des stocks de nourriture

Lundi 9 Décembre 2019 - 15:30

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

La situation serait due, selon la Fondation Bill-Clinton pour la paix (FBCP), au blocage du dossier y relatif introduit par le ministère de la Justice et garde des sceaux au ministère des Finances, et en appelle à une action urgente des autorités nationales.

 

C'est depuis octobre dernier que toutes les prisons du pays avaient signalé la rupture des stocks dans leurs dépôts respectifs, à en croire la FBCP. « A Bukavu, il y a plus de soixante-neuf morts de la famine; à Angenga, onze morts par mois; à Goma, quarante-quatre morts dues à la malnutrition… », a soutenu cette organisation non gouvernementale (ONG) de défense des droits de l’homme.

Se fondant sur des informations recueillies auprès du ministère de la Justice et garde des sceaux, cette association indique que le dossier pour décanter la situation des prisons serait bloqué au ministère des Finances, malgré l’intervention personnelle du chef de l’Etat.

Une situation qui constituerait un grain de sable dans la machine du président de la République, regrette la FBCP, estimant qu'elle serait causée par une rivalité des familles politiques.  Elle révèle, par ailleurs, que dans le cadre de l’alimentation, l’Etat congolais ne nourrit que près de 10 % de détenus préventifs et de prisonniers. « Si cela continue comme ça, il y aura beaucoup de morts parmi les prisonniers et détenus préventifs, surtout dans les provinces », a prévenu cette association dans un communiqué publié le 7 décembre.

Pour éviter le pire, la FBCP souhaite que le Premier ministre, Sylvestre Ilunkamba, interpelle le ministre des Finances, ajoutant que ce dernier devrait être poursuivi pour non-assistance à personne en danger.

Lucien Dianzenza

Légendes et crédits photo : 

Le président de la FBCP, Emmanuel Cole / DR

Notification: 

Non