Procès 100 jours en appel : Vital Kamerhe entendu devant la Cour de cassation siégeant en chambre du conseil

Lundi 3 Août 2020 - 17:54

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

La Cour a été appelée à statuer sur la demande de liberté provisoire sollicité par le président de l’UNC et l’un de deux leaders du Cach.

 

Le directeur de cabinet du chef de l’État « empêché », Vital Kamerhe, a été entendu le lundi 3 août devant la Cour de cassation siégeant en appel. Il a fait le déplacement de la Cour de cassation pour assister à cette audience de son appel sur l’arrêt de la Cour d’appel rejetant sa demande en liberté provisoire. Selon l’un de ses conseils qui s’est confié à la presse, Vital Kamerhe attend de cette Cour de statuer sur la liberté provisoire que la Cour d’appel lui a refusée.

Vital Kamerhe, rappelle-t-on, a été condamné à 20 ans des travaux forcés pour détournement des deniers publics dans le cadre du programme d’urgence de 100 jours du président Tshisekedi, dans son volet construction des maisons préfabriquées. Il avait interjeté appel contre ce jugement.

Le procès en appel a déjà débuté et l’affaire a été renvoyée au 7 août prochain par la Cour d’appel de Kinshasa-Gombe. La remise avait été accordée à la partie prévenue afin de régulariser la procédure à l’égard de la partie civile, la RDC. Il faut également noter que le président de l’Union pour la nation congolaise (UNC) et l’un des deux leaders de la coalition Cap pour le changement (Cach) avait sollicité, par près de cinq fois, la liberté provisoire auprès du Tribunal de grande instance de la Gombe, sans qu’il en obtienne. En appel, cette demande sera la deuxième.

 

Lucien Dianzenza

Légendes et crédits photo : 

Vital Kamerhe lors de son procès/DR

Notification: 

Non