Projet Lisungi : plus de 2000 microprojets à financer dans les Plateaux et la Cuvette

Mercredi 22 Janvier 2020 - 18:40

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Les ménages pauvres des départements des Plateaux et de la Cuvette, notamment des districts de Ngo, Gamboma, Oyo et Makoua, ont reçu, le 21 janvier, une première tranche des financements pour leurs microprojets, au titre du projet Lisungi.

Les ménages bénéficiaires ont reçu des fonds des mains de la ministre des Affaires sociales et de l’action humanitaire, Antoinette Dinga-Dzondo. Ces derniers ont été sélectionnés à l’issue des campagnes de sensibilisation et des enquêtes.

Dans les départements couverts par le projet Lisungi, les ménages ont été inscrits au Registre social unique (RSU) permettant aux familles d'avoir désormais un numéro ou un code à partir duquel le gouvernement suit la situation de tout demandeur ou bénéficiaire de l’aide sociale.

Deux mille quatre cent-vingt-cinq projets des ménages pauvres, dans le nord Congo, sont financés par ce projet et l’Etat. Les fonds alloués devraient permettre de lutter contre la pauvreté au sein des communautés à travers, entre autres, la réalisation des activités génératrices de revenus. Les premières tranches des fonds décaissés oscillent entre cent cinquante mille et deux cent cinquante mille francs CFA par ménage.

« Deux cent quatre-vingt-seize bénéficiaires de crédits d’activités génératrices de revenus et quatre-vingt-treize bénéficiaires du transfert cash qui ont perçu huit trimestres dans la communauté urbaine de Ngo sont dans la joie », a fait savoir le maire de la communauté urbaine de Ngo, Sylvie Ngakabi.  

De son côté, le sous-préfet de Ngo, Aloys Omambi, a salué l’initiative des pouvoirs publics de voler au secours des populations démunies. « Nous vivons auprès de ces populations démunies, nous ressentons la profondeur de leur cri de cœur », a-t-il dit.

Et d’ajouter : « Ces populations parfois épuisées par l’âge et la pauvreté nous disent souvent qu’elles ne savent comment se frayer un chemin pour des lendemains meilleurs. Les ménages que nous côtoyons tous les jours vous en sont très reconnaissants. Il reste qu’il faille encadrer ces bénéficiaires convenablement afin que l’effort ne soit pas vain ».

En rapport avec le troisième âge, les allocations du projet Lisungi prennent en charge des dépenses liées à la perte d’autonomie financière. C’est également une aide aux familles afin de secourir les enfants confrontés à des difficultés sociales, éducatives ou encore matérielles.

Devant des bénéficiaires du projet, la ministre des Affaires sociales a insisté sur le suivi et l’encadrement de ces derniers en vue du bon usage des fonds. « Avec cet argent, ne vous empiffrer pas de la boisson. Chacun par rapport à son projet, adonnez-vous au travail, car c’est delà que viendront la réussite et l’amélioration des conditions de vie », a déclaré Antoinette Dinga-Dzondo.

Fortuné Ibara

Légendes et crédits photo : 

La ministre Antoinette Dinga-Dzondo (au centre) expliquant les fondamentaux du projet Lisungi/Photo Adiac

Notification: 

Non