Province du Sankuru : quelques débris de l’Antonov 72 trouvés près de Kole

Mardi 15 Octobre 2019 - 19:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Une équipe d’enquêteurs expérimentés, renforcée par des experts de la Monusco, se trouve sur le lieu du crash pour des investigations préliminaires approfondies.

Les recherches s’intensifient pour retrouver l’Antonov 72, ou ce qu’il en reste encore. Le 15 octobre, il était fait état de la découverte de quelques débris, probablement ceux de l’aéronef disparu près de Kole, dans la province du Sankuru. Pour les experts cités par des sources à la présidence de la République, il ne fait l’ombre d’aucun doute que ces restes sont bel et bien ceux de l'Antonov 72 comme en témoigne son numéro d’immatriculation EK-72903 bien identifié par les enquêteurs. Dans la foulée, quatre corps sans vie ont été tirés des décombres et le processus de leur identification est en cours, a rapporté la présidence.  

Depuis lundi, l’équipe d’enquêteurs à laquelle se sont joints les experts de la Monusco se trouve sur le lieu du crash pour des investigations préliminaires approfondies. Un hélicoptère de la Monusco a, en outre, décollé mardi matin de l’aéroport de Kananga avec à son bord le gouverneur du Sankuru, Joseph-Stéphane Mukumadi, juste pour renforcer l’équipe sur place. Après la localisation du site, l’enjeu consiste, pour l’heure, à atteindre le lieu du crash proprement dit pour un travail d’évaluation et d’évacuation des dépouilles.

Pour rappel, l’Antonov 72 assurant la logistique présidentielle avait disparu, le10 octobre, entre Goma et Kinshasa, avec à son bord huit personnes, d’après un communiqué de l’Autorité de l’aviation civile. Entre la thèse du sabotage privilégiée dans certaines officines politiques et celle de surcharge couplée aux mauvaises conditions météorologiques, seuls les résultats des investigations menées sur le terrain permettront de se faire une idée exacte des causes réelles de ce crash qui ne cesse d’alimenter la chronique, à Kinshasa et ailleurs.  

 

Alain Diasso

Notification: 

Non