Réconciliation Kagame-Museveni : Joao Lourenco et Félix Tshisekedi à la manœuvre

Samedi 22 Février 2020 - 17:30

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Sur le pied de guerre depuis plus d’une année, le Rwanda et l'Ouganda ont confirmé leur volonté commune d’enterrer définitivement la hache de guerre à la faveur de la quadripartite Rwanda-Ouganda-Angola-RDC tenue le vendredi 21 février à Gatuna, une zone frontalière entre les deux pays. 

ImageIl a été noté, au cours de cette réunion, une avancée significative dans le sens de la décrispation enregistrée entre Kigali et Kampala. Il en résulte, en effet, que depuis la dernière réunion des quatre chefs d’Etat concernés, « des progrès ont été accomplis en ce qui concerne l'engagement des deux parties à faire tout leur possible pour éliminer les facteurs de tensions », rapporte le communiqué final.    

Le traité d’échange des prisonniers, signé sous la facilitation de l’Angolais Joao Manuel Lourenço et du RD-Congolais Félix-Antoine Tshisekedi, témoigne de l’évolution positive du processus de normalisation entre les deux Etats voisins. Ce traité d’extradition des prisonniers signé par Sam Kutesa et Vincent Biruta respectivement ministres des Affaires étrangères de l'Ouganda et du Rwanda, concerne treize prisonniers rwandais (dont trois femmes) et dix-sept ougandais. Il est à considérer, à juste titre, comme « le cadre juridique pour le traitement des affaires judiciaires, y compris celles liées à des activités présumées subversives pratiquées par  des nationaux sur le territoire de l’autre partie ». Aussi la quadripartite a-t-elle recommandé à l'Ouganda « de vérifier les allégations de la République du Rwanda au sujet des actions provenant de son territoire perpétrées par les forces hostiles au gouvernement rwandais ». Si cela était avéré, « le gouvernement ougandais prendra toutes les mesures pour y mettre fin, ainsi que des mesures préventives pour que cela ne se répète plus », peut-on lire dans le communiqué.   

Un seul bémol cependant. C’est que l’ouverture de la frontière de Gatuna, principal point du commerce transfrontalier entre le Rwanda et l'Ouganda, reste subordonnée au rapport de la Commission mixte ad hoc au sujet des prétendues attaques des rebelles rwandais à partir du territoire ougandais.  Les résultats de cette quadripartite démontrent - si besoin en était encore - que, déterminés, les Africains peuvent surmonter seuls leurs problèmes en puisant dans les vertus de la palabre africaine.    

Alain Diasso

Légendes et crédits photo : 

Les quatre chefs d'Etat ayant pris part à la réunion de Gatuna

Notification: 

Non