Santé publique : six cas de cancer avérés à Brazzaville

Samedi 9 Novembre 2019 - 16:39

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

La deuxième édition de la campagne de lutte contre le cancer, dénommée « Octobre rose », a montré que sur les mille femmes dépistées à Brazzaville, cent cinq présentent une anomalie bénigne, quarante-cinq des cas suspects et six autres des cas déclarés avérés de la maladie.

Les statistiques ont été données le 8 novembre, par la ministre de la Santé et de la population, de la promotion de la femme et de l’intégration de la femme au développement, Jacqueline Lydia Mikolo, lors de la clôture du mois d'"Octobre rose".

Pendant trente jours, a expliqué la ministre, deux attentes ont été accomplies sur la problématique "cancer de sein et du col de l’utérus" : la mobilisation massive des femmes et l’implication de la couche sociale pour lutter contre cette maladie.  

L’édition a permis d’organiser plusieurs activités au niveau national. Parmi celles-ci, figuraient les échanges et le partage d’expériences ainsi que des conférences-débats.

A Brazzaville, la population a été sensibilisée à la maladie. Une marche regroupant plus de deux mille six cent quarante-six personnes a été organisée à cette occasion. Le point de départ a été la mairie de Ouenzé et le point de chute la préfecture.

La marché a été agrémentée de quelques démonstrations physiques. L’activité Zumba, la création d’un village « Octobre rose », a édifié la population sur la maladie par le biais des conseils des délégués des organisations non gouvernementales et associations sur le cancer de sein et du col de l’utérus. Ce village a touché plus de sept cent cinquante-deux personnes.  

Un appel pour une meilleure mobilisation sur le dépistage du cancer

Jacqueline Lydia Mikolo a émis le souhait aux partenaires techniques et privés de continuer dans la même perspective pour la campagne de dépistage de la troisième édition "Octobre rose 2020". « Je vous encourage à soutenir le gouvernement en général et le ministère en charge des questions de la santé et de la promotion de la femme en particulier pour une meilleure mobilisation sur le plan national », a-t-elle déclaré.   

Le représentant résident du bureau de l’Organisation mondiale de la santé au Congo, le Dr Lucien Manga, a émis le souhait d’une "année rose" au lieu d’un mois seulement. Il a, par ailleurs, assuré que sa structure travaillera avec toutes les parties prenantes partenaires pour intégrer les activités de routine au quotidien du personnel soignant, des responsables des entreprises, établissements scolaires et bien d’autres pour véhiculer le message.  

Pour sa part, le président de la Ligue nationale congolaise pour le contrôle du cancer, Jean Baptiste N’gafoula, a fait l’historique de la campagne « Octobre rose », instaurée en 1985 aux Etats-Unis et en France. Elle est consacrée, a-t-il dit, à la lutte contre le cancer du sein, ajoutant que les professionnelles de la santé, les organisations non gouvernementales et associations à travers le monde se mobilisent pour accroître l’information et la sensibilisation autour de ce type de maladie.

Notons que la deuxième édition « Octobre rose » a  été lancée, le 11 octobre, à Brazzaville. la cérémonie de clôture a été marquée par un lâcher de ballons des membres du gouvernement et toutes les parties prenantes, à la mairie centrale. L'autre temps fort a été celui des chants sur le thème "Luttons contre le cancer ", animé par la chorale Sainte-Odile. 

  

Lydie Giisèle Oko

Légendes et crédits photo : 

La photo des participants à la campagne « Octobre rose » / DR

Notification: 

Non