Sécurité sociale : le président de la mutuelle de santé des enseignants suggère la création d’un ministère spécifique

Lundi 11 Février 2019 - 16:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

 Guy Mafuta Kabongo estime que la construction et la mise en œuvre d’une vraie politique de sécurité et de protection sociale constituent la base de la vraie lutte contre la corruption.

 

Guy Mafuta Kabongo a adressé une lettre ouverte au chef de l’Etat, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, dans laquelle il tire la sonnette d'alarme sur le caractère apolitique des structures techniques chargées de la sécurité sociale. Ce député national élu de  la circonscription de Tshikapa a interpellé le président de la République sur « la propension de certaines autorités politiques à avoir la main mise » notamment sur la structure qu’il dirige.

Comme solution,  le président de la Mutuelle de santé des enseignants a proposé au président de la République la création d’un ministère chargé de la sécurité sociale. Pour relever le défi de la pauvreté, a-t-il dit, « il faut absolument améliorer les conditions de vie du Congolais ». A cet égard, il se convainc que l’un des piliers majeurs se trouve être la justice. L’instauration effective d’un Etat de droit, pense-t-il, pourra assurer les libertés individuelles et attirer les capitaux extérieurs pour la relance économique à côté de la production locale, la justice étant le gage de la sécurité pour la population. La justice, a-t-il expliqué, n’a de sens que s’il y a un minimum vital pour la famille; ce qui relève de la sécurité sociale.

Asseoir une vraie politique de sécurité et de protection sociale

 Me Guy Mafuta Kabongo a indiqué que la politique de sécurité et de protection sociale a comme piliers l’accès aux soins de santé pour tous, l’organisation de la retraite, la gestion du chômage et l’alimentation pour tous. C’est donc pour bien atteindre ces objectifs qu’il suggère la création d’un ministère spécifique qui aura la charge de la sécurité sociale. « Des efforts et des projets conçus existent pour certains domaines pour lesquels votre implication personnelle aiderait à leur mise en œuvre », a-t-il écrit au président de la République. Ici, il pense aux structures comme la Caisse nationale de sécurité sociale, l’ex-INSS, pour les agents publics de l’État. Le recensement, l’évaluation et l’encadrement de tous ces projets et initiatives seraient, selon lui, un impératif. 

Lucien Dianzenza

Légendes et crédits photo : 

Guy Mafuta Kabongo, lors d'un entretien avec Le Courrier de Kinshasa /Adiac

Notification: 

Non