Sénat : adoption de la loi sur la vidéo protection des aéroports

Jeudi 27 Février 2020 - 20:04

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Réunis en séance plénière, le 27 février à Brazzaville, les membres de la haute chambre du parlement ont approuvé le projet de loi relatif à la vidéo protection des aéroports et aérodromes du Congo.

Ce projet de loi édicte les règles à observer quant à l’installation des équipements de vidéo protection sur les aéroports et aérodromes ouverts à la circulation aérienne. Il érige en une infraction passible de peines pénales, le fait de procéder à des enregistrements de vidéo protection sans autorisation, de ne pas les détruire dans le délai prévu, de les falsifier, de faire accéder des personnes non habilitées aux images ou d’utiliser des images à des fins autres que celles pour lesquelles elles ont été autorisées.

Selon le président de la Commission défense et sécurité du Sénat, Gabriel Zambila, ce texte est un véritable outil pour la surveillance des sites de grandes étendues. L’autorisation d’implanter des systèmes de vidéo protection doit découler de la loi d’autant que l’enregistrement d’un certain nombre de faits et gestes des personnes pose la question de la protection des droits humains.

Les conditions de mise en œuvre de la vidéo protection, ainsi proposées, concilient l’objectif de sécurité publique avec le respect des libertés publiques et individuelles.

Hormis ce projet de loi, les membres du Sénat ont également adopté trois autres ayant le même contenu. Il s’agit des projets de loi autorisant la ratification de l’accord de coopération militaire entre le Congo et l’Italie, signé le 29 juin 2017 à Rome ; de l'accord sur la coopération techno-militaire entre le ministère des Forces armées révolutionnaires de Cuba et le ministère de la Défense nationale conclu le 16 janvier 2015 à la Havane ; de l'accord entre le gouvernement du Congo et celui du Sénégal paraphé le 8 novembre 2018 à Dakar.

Ces trois accords portent sur la formation, les renseignements militaires et stratégiques, les équipements, la logistique, la santé militaire, la gestion des ressources humaines, l’échange des informations, les études du troisième cycle des militaires congolais, l’achat de matériel et équipements, l’échange des formateurs, d’instructeurs et de stagiaires militaires. A cela s'ajoutent l’échange des vacanciers militaires entre le Congo et ces pays, la participation des personnels aux manœuvres militaires conjointes et aux activités à caractère culturel et sportif.

Jean Jacques Koubemba

Légendes et crédits photo : 

Les Sénateurs adoptant lesdits projets

Notification: 

Non