Situation sécuritaire en RDC : la Socap tance le gouvernement

Mardi 28 Juillet 2020 - 17:02

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

En réaction au compte-rendu de la 41e réunion du Conseil des ministres tenue le week-end dernier, la plate-forme regrette que le gouvernement parle d’une situation relativement calme alors qu’il y a des Congolais qui sont continuellement massacrés dans certaines provinces du pays.

La Société civile des avocats de la population congolaise (Socap) fustige l’affirmation faite par le gouvernement, à l’issue de la 41e réunion du Conseil des ministres, sur la situation sécuritaire en République démocratique du Congo (RDC). C’était dans une déclaration faite le 28 juillet par le coordonnateur national de cette plate-forme, Jean-Bosco Lalo Kpasha, au siège social de la Socap, à Matonge, dans la commune de Kalamu.

Tout en saluant les différents engagements pris par le gouvernement lors de cette réunion, la Socap a relevé que la situation sécuritaire sur l’ensemble du territoire national, présentée par le gouvernement comme relativement calme, violerait l’éthique africaine, selon laquelle on ne crache pas sur la mémoire des morts. « Plusieurs de nos compatriotes sont massacrés régulièrement, du fait de l’activisme des groupes armés qui pullulent dans les parties sud et est de notre pays (plus de trois cents personnes en moins de dix jours, selon des sources locales) », a indiqué la Socap, relevant également des incursions à répétition des troupes armées étrangères dans le territoire congolais dont celles de la Zambie, du Sud-Soudan, etc., dont les conséquences sont fâcheuses pour la population et l’économie du pays.

Cette plate-forme fait, en effet, constater que malgré l’annonce de nombreux cas de reddition faite par le gouvernement, il y a multiplication avec virulence des groupes armés sur le terrain. Le regroupement déplore, par conséquent, que les désastres humanitaires consécutifs aux effets collatéraux n’ont pas retenu l’attention du Conseil des ministres, lors de cette réunion au cours de laquelle deux questions majeures qui préoccupent la population congolaise ont été retenues. Il s’agit du dossier opposant la RDC à des particuliers devant les instances judiciaires internationales ainsi que le problème de la dépréciation vertigineuse du francs congolais face au dollar américain. « L’impact de cette hausse du taux de change sur le panier de la ménagère, exacerbé par le bradage de la monnaie locale, est néfaste pour la population. La cause profonde de cette situation est liée à la faiblesse de notre économie », a indiqué le coordonnateur national de la Socap, dans cette première déclaration de la plate-forme.

Notant que cette situation d’insécurité a comme conséquence le ralentissement sans précédent des activités agropastorales pourtant indispensables pour soutenir l’économie nationale déjà en difficulté (pillage des bétails, incendies des maisons,  destruction systématique des infrastructures sociales de base, etc.), la Socap  exhorte  la réparation par la République zambienne des préjudices subis par la population victime des exactions. Cette plate-forme attend également du gouvernement d’imposer mordicus la paix sur toute l’étendue du territoire national, à observer, lors des réunions du Conseil des ministres, une minute de silence en mémoire des Congolais qui sont fréquemment massacrés et de poursuivre les criminels connus et abandonner le système de gratification des groupes armés soi-disant repentis.

Fidèle au rendez-vous

La Socap, qui avait signé le début officiel de ses activités le week-end dernier, a promis d’analyser fréquemment les comptes-rendus des réunions du Conseil des ministres pour donner son appréciation sur les points traités lors de ces travaux. L’analyse 41e réunion du Conseil des ministres, qui a été livrée à la presse et à l’opinion,  est donc le premier exercice auquel la plate-forme s’est livrée dans le sens de cette promesse.

Lucien Dianzenza

Légendes et crédits photo : 

Le coordonnateur national de la Socap, Jean-Bosco Lalo/Adiac

Notification: 

Non