Tour d’Afrique à vélo : Abdelhadi Cecradi séduit par son passage au Congo

Jeudi 1 Août 2019 - 17:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le jeune marocain de 22 ans s’est lancé dans une aventure folle : celle de faire le tour de l’Afrique à velo. A son arrivée au Congo, au bout d’une année de haute lutte, il a été fortement attiré par le projet « Terre d’école », dont il a pris l’engagement de soutenir.

Le programme « Terre d’école » a pour objectif de sensibiliser les enfants à la protection de l’environnement, de les initier à la connaissance des productions vivrières locales et, à terme, contribuer à l’autosuffisance alimentaire du grand nombre. Son voyage qui visait la découverte du continent a changé d’objectif, lors de son passage au Congo.

En effet, outre la rencontre avec le ministre des Sports et de l’éducation physique, cet athlète a décidé de dédier son voyage à l’éducation des jeunes. Il a, d’ailleurs, été nommé ambassadeur de la plateforme "Terre d’ école".

« Cette rencontre a donné un autre sens à mon voyage africain car, si j’avais jusque-là croisé de nombreuses cultures dans les différents pays africains, je n’avais pas encore réalisé que l’enjeu primordial, en Afrique, c’est l’éducation des plus jeunes. J’ai décidé donc de mettre mon défi sportif au service de la cause de Terre d’école », a-t-il déclaré, avant d’ajouter :  « Je prêcherai les valeurs de ce projet partout en Afrique pour sensibiliser à l’importance des enjeux de l’éducation en terre africaine, une éducation à la fois ancrée dans la modernité, mais également dans le respect de la terre et de l’environnement », a t-il indiqué.

Son passage en République du Congo, (720 Km en huit jours) a été marqué par la splendeur de la végétation congolaise et l’esprit d’ouverture de la population.

« Dans ce pays, j’ai été surpris par le changement radical de l’environnement et du climat. Les routes sont plates et plus faciles. Mais surtout la population du Congo est d’une grande gentillesse. Les gens sont accueillants et souriants », a fait savoir Abdelhadi Cecradi, avant de préciser que lors de son passage dans les villages congolais, la population lui offrait certains produits alimentaires. 

« Ils partagent ce qu’ils ont avec moi, même s’ils ne sont pas riches. Certains m’ont invité à passer plusieurs nuits chez eux. Ils m’ont surtout encouragé pour pédaler encore et encore. À chaque village où je passe, les gens m’applaudissent, les voitures klaxonnent et s’arrêtent pour me donner de l’eau », a-t-il déclaré.

L'aventure a débuté le 15 juillet

Son voyage a commencé, le 15 juillet, au Maroc, en passant par la Mauritanie où il a découvert les choses qui échappaient à sa connaissance. « J’y ai découvert le train le plus long du monde, le train du désert, qui mesure environ 2,5 km », a signifié Abdelhadi Cecradi.

Après dix jours passés en Mauritanie, soit 856 km de parcours, Abdelhadi Cecradi est arrivé au Sénégal, la prochaine étape de son parcours long de 832 km qu’il a affronté en onze jours.  Les jours suivants lui ont permis de découvrir respectivement la Gambie et la Guinée-Bissau, avant de connaitre quelques difficultés lors de son passage en Guinée. « J’ai appris quelques mots portugais à Bissau. Ensuite, j’ai enchainé avec la Guinée-Conakry (566 km en douze jours). Malheureusement, j’ai été arrêté à deux reprises par la police. Heureusement, certaines personnes m’ont aidé », a-t-il détaillé.

Le chagrin guinéen a été vite noyé par la chaleur du désert malien qui a rimé avec l’hospitalité des riverains. C’est ce qui l’a poussé à se reposer en Côte d’Ivoire pour une longue période d’un mois et trois jours.

Pressé par l’envie d’atteindre les objectifs fixés, le Marocain arrive au Ghana bien frais pour une durée de douze jours environ, après avoir parcouru 614 km. Il a découvert une fois de plus la gentillesse de la population qui l’a marqué partout où il est passé notamment au Togo. Après un mois d’escale à Lomé. Il garde, toutefois, un mauvais souvenir lors de son passage au Bénin où il a contracté la malaria. La maladie l’a contraint de rester bloquer dans ce pays pendant deux semaines, mais la détermination avait toujours pris le dessus sur lui. La découverte des girafes au Niger, lui a donné plus de vigueur après sa convalescence.  Privé de visas d’entrée au Nigeria,  le Marocain  a brûlé les étapes en prenant le vol pour le Gabon.

« Je n'ai pas réussi à avoir le visa pour entrer et continuer mon aventure comme prévu. Pour ne point abandonner mon rêve et relever le défi jusqu’au bout, j’ai pris un vol pour le Gabon avec mon vélo. J’ai aussi traversé l’Equateur. C’était incroyable ! C’est dans ce pays, le Gabon, que j'ai célébré la première année d’aventures sur mon vélo vers le sud de l'Afrique. C’était le 15 juillet 2019 », a commenté Abdelhadi Cecradi. Après le Gabon,  ce touriste est arrivé au Congo.

 

 

 

James Golden Eloué et Rude Ngoma (stagiaire)

Légendes et crédits photo : 

Le Marocain Abdelhadi Cecradi à son arrivée au ministère des Sports

Notification: 

Non