Transport ferroviaire : deux trains marchandises entrent en collision à Ngondji

Lundi 1 Juillet 2019 - 17:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Aux alentours de 23 h, le 30 juin à Ngondji, petite localité située à près de 18 km de Pointe-Noire, un train marchandises et un autre minéralier sont entrés en collision et ont causé la mort de treize personnes, dont trois cheminots, et vingt-cinq blessés dont cinq seraient dans un état critique, en sus des dégâts matériels importants. 

Selon les témoignages, le dysfonctionnement du système de freinage du train marchandise venant de Ngondji est la cause de l’accident. En effet, ne pouvant pas s’arrêter en gare pour faire le croisement d’usage à cause des freins défectueux, le train marchandise, après avoir dépassé la gare à près de deux kilomètres, est entré en collision avec l’autre qui roulait en sens inverse, en provenance de la gare de Tié-Tié. Le choc a été inévitable.

Des conteneurs ont été projetés au sol par la violence du choc et d’autres complètement éventrés, laissant échapper leur contenu. Aussitôt après l’accident, les blessés ont été secourus jusqu’aux premières heures de la matinée et les morts, une dizaine, conduits à la morgue municipale. Tôt le matin, une cellule de crise composée du directeur général du CFCO, du commandant de la zone militaire de défense n° 1 et d’autres responsables de la ville a été constituée. La délégation s’est ensuite rendue au lieu de l’accident.

Le train minéralier qui a percuté, suite à une défaillance, le train marchandises était parti de Mayoko dans le Niari (sud-ouest), à plus de 300 kilomètres de Pointe-Noire, où la firme Sapro exploite une mine de fer.

Considéré jadis comme l’épine dorsale de l’économie congolaise, le CFCO se trouve, depuis l’année 1998 dans un état défectueux dû à sa vétusté et au manque criard en matériel de locomotion, à savoir les locomotives et les wagons qui jusqu’ici ne permettent pas la relance du trafic voyageur entre Brazzaville et Pointe-Noire.

Entre 2016 et 2018, il a connu (deux ans durant) une suspension de sa desserte en direction de la capitale en raison des conflits armés qui opposaient l'armée aux miliciens Ninjas de l'ex-chef rebelle Frédéric Bintsamou alias "Pasteur Ntoumi" qui avaient saccagé une partie de ses installations, notamment des ponts au niveau de Loulombo, dans le département du pool.

 

 

 

Hervé Brice Mampouya

Légendes et crédits photo : 

La collision des deux trains / Adiac Des conteneurs projetés au sol

Notification: 

Non