XVe sommet de la Francophonie : les ministres des Affaires étrangères déjà à pied d'oeuvre

Mercredi 26 Novembre 2014 - 16:56

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

La 30e session de la Conférence ministérielle de l'Organisation internationale  de la Francophonie (OIF)  a ouvert ses travaux hier matin à Dakar.

Il est question du rapport de la 93e session du Conseil permanent de la Francophonie qui a eu lieu le 25 novembre; des demandes d’adhésion ou de modification de statut ; du bilan des engagements du sommet de Kinshasa ; des projets de cadre stratégique 2015-2022 de la Francophonie, des stratégies économiques et des stratégies jeunesse de la Francophonie.

Ensuite, les ministres des Affaires étrangères évoqueront des projets de programmation quadriennale et de budget 2015-2018 de la Francophonie, des questions relatives à la coopération, à l’administration et aux finances, du rapport du commissaire aux comptes de la Francophonie, et de la nommination du nouveau commissaire aux comptes pour la période 2015-2018.

Cette session qui se déroule à huis-clos des chefs de la diplomatie des pays francophones est le moment le plus important avant le sommet des chefs d’Etat et de gouvernement prévu du 29 au 30 novembre. Durant deux jours (26-27 novembre), les ministres des Affaires étrangères de la Francophonie ont la charge de la préparation du sommet.  Ils évoqueront également des questions d’actualité, avant  d'examiner une série de documents qui seront adoptés par les chefs d’Etat. Le projet final étant la Déclaration de Dakar. Si le consensus tarde à ce jour à se dégager sur le nom du successeur d’Abdou Diouf, secrétaire général sortant à la tête de la Francophonie, la Déclaration de Dakar semble déjà un acquis.

D’une cinquantaine de chapitres,  et sur le thème « Femmes et jeunes en francophonie : acteurs de paix, vecteur de développement », la Déclaration de Dakar portera une série de recommandations, dont les plus saillantes seront le défi de l’emploi, les politiques publiques, les valeurs francophones telles que l’égalité homme-femme. Pour la société civile, c’est qu’une déclaration « de plus » sans réelle application.

Près de dix résolutions  également seront examinées, sur le terrorisme, la situation des pays post-conflit et la solidarité des pays francophones dans la lutte contre le virus Ebola.

 

 

Noël Ndong