Médecine : les techniciens en conclave pour améliorer les indicateurs de santé

Mardi 23 Juillet 2019 - 17:54

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Les travaux de la revue à mi-parcours des plans de travail annuels budgétisés des structures de santé lancés, le 23 juillet à Brazzaville, visent à faire le point des avancées des goulots d’étranglements constituant un frein aux performances du système sanitaire afin de résorber les difficultés constatées.

 

Le Congo qui abrite le siège de l’Organisation mondiale de la santé pour l’Afrique et qui devient terre de réflexion régionale sur des problématiques sanitaires ne doit pas présenter un système de santé avec des mauvais indicateurs, a indiqué la ministre de la Santé et de la population, Jacqueline Lydia Mikolo, en ouvrant les travaux de la revue à mi-parcours des plans de travail annuels budgétisés des structures de santé. « Nous avons le devoir de montrer l’exemple », a-t-elle souligné, s’adressant aux chefs de programme et projets de santé, aux directeurs départementaux des services de santé et des soins, aux directeurs des hôpitaux généraux. En septembre prochain, le président de la République présentera aux Nations unies les avancées réalisées par le pays dans le cadre de la couverture sanitaire universelle, a-t-elle laissé entendre.

Par ailleurs, Jacqueline Lydia Mikolo a appelé à la conscience républicaine. « Cette revue à mi-parcours ne doit pas être considérée comme une simple formalité pour présenter des données et des interventions fictives comme cela a été le cas par le passé », a averti la ministre de la Santé et de la Population en épinglant quelques contre-performances constatées lors de ces multiples descentes dans différents départements du pays. « Le résultat du travail que vous ferez pendant quatre jours n’a pour objectif que l’amélioration des indicateurs de santé pour le bien-être de la population », a-t-elle insisté.

Dans ce combat le Congo ne sera pas seul. Ses partenaires financiers mettront la main à la pâte pour accompagner le pays. « Nous partenaires, avons besoin de ce leadership et de ce sens de la redevabilité pour nous motiver davantage afin de faire progresser les indicateurs de santé. Les populations que nous servons attendent en effet un peu plus de nous chaque jour », a fait savoir le représentant de l’OMS au Congo, Lucien Manga.

Selon le diplomate onusien, cette revue est tombée à pic puisque le bureau de l’OMS est en train de finaliser sa stratégie de coopération. Ce qui permettra d’intégrer les conclusions et les recommandations qui découleront de ladite revue de sorte que l’agence onusienne oriente mieux ses actions de coopération.

 

 

 

 

Rominique Makaya

Légendes et crédits photo : 

Les participants à la revue des plans de travail des structures de santé

Notification: 

Non