Commerce : l’importation des jouets à caractère dangereux interdite au Congo

Vendredi 8 Novembre 2019 - 15:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

L'information a été donnée aux commerçants de Brazzaville par la direction de la police administrative et de la réglémentation, le 8 novembre, insistant qu’elle sera intraitable et intransigeante quant à l’application de la mesure gouvernementale.

 

La circulaire du ministère en charge du Commerce et de l’approvisionnement du 19 novembre 2003, portant interdiction d’importation et de commercialisation des jouets à caractère dangereux et en rapport avec la guerre, reste encore d’actualité. En effet, la mesure a épinglé les pistolets à air comprimé, les pétards et les feux d’artifice qui sont prohibés surtout en cette période de fête de fin d’année.

Devant les syndicats des commerçants de Brazzaville, le directeur de la police administrative et de la réglémentation, le colonel Jean Bernard Batantou, est revenu sur le fond de cette circulaire en affirmant l’intransigeance des autorités pour son exécution. Selon lui, l’impression produite par l’usage des jouets à caractère dangereux et en rapport avec la guerre est, manifestement, source de traumatisme aussi bien pour leurs utilisateurs que pour le voisinage.

« Les pistolets à air comprimé, les pétards et feux d’artifice peuvent servir à des esprits mal intentionnés pour simuler le port de vraies armes, dans la commission d’actes criminels, en plus qu’ils sont aussi, pour certains, source d’émission des nuisances sonores », a-t-il rappelé, précisant que la police se propose de mettre, à nouveau, des bouchées doubles en vue du respect sans faille de cette décision.

Le colonel de police Jean Bernard Batantou s’est, par ailleurs, félicité des efforts consentis par le Syndicat des commerçants du Congo dans la réduction considérable des articles dangereux dans les marchés de Brazzaville et d’autres villes du pays, en fin d’année dernière. Ainsi, pour épargner les commerçants des investissements nuls, la direction de la police administrative et de la réglementation compte sur le pragmatisme du syndicat dans la vulgarisation de cette circulaire.

« Il revient donc à vous de prendre les précautions nécessaires de vous abstenir de passer les commandes de tels articles. Il ne faut pas passer les commandes, si vous l’avez déjà fait, il faut arrêter. Faute de quoi, la puissance de l’Etat va s’exprimer dans toute sa plénitude », a-t-il prévenu les contrevenants.  

Une reprécision des textes saluée par les commerçants

Une communication positivement appréciée par le président du Syndicat des commerçants du Congo, Alexandre Ossebi, qui pense que le directeur de la police administrative et de la réglementation n’a su que repréciser les textes régissant le pays. « S’agissant de la circulaire portant interdiction d’importation et de commercialisation des jouets à caractère dangereux, il y a des braqueurs qui ont opéré dernièrement avec des pistolets en plastique. Ils ont fait trembler les gens, en pillant. Donc, nous ne pouvons que louer cette initiative », a-t-il souligné, à l’issue de la communication, mettant lui aussi en garde des commerçants récalcitrants.

Invitant tout le monde à s’abstenir à importer des jouets à caractère dangereux, il a rassuré les autorités policières que son syndicat, qui dispose des bureaux dans les différents arrondissements de Brazzaville, relayera cette information. « Nous avons également des groupes sur les réseaux sociaux. De notre part, nous allons relayer l’information et je crois que les membres du syndicat des commerçants du Congo ne font pas importer ces jouets et ne sauront tomber sur le coup de cette loi », a conclu Alexandre Ossebi.

Parfait Wilfried Douniama

Légendes et crédits photo : 

1- Le colonel Jean Bernard Batantou rendant public son message/ Adiac 2- Une vue des commerçants/Adiac

Notification: 

Non