Environnement : une agence de transition écologique en gestation

Samedi 9 Novembre 2019 - 12:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

La structure, indique-t-on, devrait favoriser et rendre attractifs les investissements en République démocratique du Congo (RDC).

L’heure est venue, pour la RDC, d’exploiter son riche potentiel écologique. C’est ce qui ressort de la neuvième réunion ordinaire du Conseil des ministres tenue le 8 novembre, sous la présidence de Félix Tshisekedi. L’occasion lui était donnée d’annoncer le projet de création d’une agence de transition écologique, censée mettre en œuvre de manière optimale les potentialités du pays dans le secteur de l’environnement. Cette structure, a-t-on appris, devrait favoriser et rendre attractif les investissements dans le pays. Pour le chef de l’Etat, il s’agit de réaffirmer  le leadership de la RDC dans le secteur de l’environnement en s’inspirant des expériences d’autres pays dans ce domaine.

Ce projet s’inscrit en droite ligne du discours prononcé en septembre dernier par Félix Tshisekedi, à New York, lors de l’Assemblée générale de l’ONU. Dans son allocution, le chef de l'Etat avait, entre autres, exhorté les partenaires de son pays à soutenir son gouvernement dans ses efforts pour la préservation de l’écosystème de la forêt du Congo. Par des compensations financières sérieuses, des partenariats efficaces et le transfert des technologies, il était convaincu que le soutien des amis du Congo allait aboutir inévitablement à l’atténuation, ou mieux, à la diminution des gaz à effet de serre à la base, actuellement, du réchauffement climatique de la planète. Des experts de la présidence ont été instruits pour faire avancer le dossier de la mise sur pied de cette nouvelle structure qui devrait favoriser et rendre attractif les investissements en RDC. Outre le ministre de l’environnement intéressé au plus haut chef, le vice-Premier ministre et ministre du Plan est également impliqué dans ce dossier avant son adoption en Conseil des ministres.

Rappelons que la forêt de la RDC s’étend sur une superficie de cent cinquante-quatre millions d’hectares et couvre plus de 60% des forêts du bassin du Congo. Des récentes études ont montré que les tourbières dans la forêt du Congo s’étendent sur 145 500 km2 et stockent quelque trente milliards de tonnes de carbone. Cette étendue est l’équivalent de trois ans d’émissions de combustibles fossiles dans le monde.

Alain Diasso

Notification: 

Non