Pont route-rail Kinshasa-Brazzaville : la RDC priorise la construction du port en eaux profondes de Banana

Samedi 9 Novembre 2019 - 14:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le gouvernement Ilunkamba note l’exigence, pour le pays, de préserver d’abord ses intérêts économiques.

Alors que les bases de la réalisation du projet de construction du pont route-rail devant relier les villes de Kinshasa et Brazzaville ont été posées, en plus de la finalisation des études de faisabilité menées par des experts internationaux, la République démocratique du Congo (RDC) vient de mettre un bémol à la dynamique déjà engagée.

En effet, le gouvernement de la RDC vient de décider, contre toute attente, de prioriser la construction d’un port en eaux profondes aux larges de Banana, dans la province du Kongo central, avant de donner son quitus à la réalisation dudit projet.

Au cours du Conseil des ministres du 8 novembre, la vice-Premier ministre et ministre du Plan, Élysée Munembwe, qui a présenté la structuration du projet de construction du pont route-rail, s’est fait rappeler l’exigence pour le pays de préserver d’abord ses intérêts économiques.

Tout en appréciant le côté intégrateur de ce projet, la réunion du gouvernement avait estimé que la construction du port en eaux profondes de Banana et ses voies de dessertes routières et ferroviaires sur Matadi devrait en constituer un des préalables majeurs. A cela s’ajoutent la réhabilitation de la ligne ferroviaire Matadi-Kinshasa, la modernisation du port de Matadi et la construction du chemin de fer Kinshasa-Ilebo. Et avec l’asphaltage annoncé de la route Boma-Banana dont l’inauguration est prévue en février 2020, il est clair que la ville côtière de Banana deviendra un grand centre de négoce qui profitera d’abord aux Congolais de la RDC.

Kinshasa se méfie du port de Pointe-Noire

D’après des études, il est démontré qu’avec un objectif de plus de 1,3 million de tonnes de marchandises par an, le port de Banana pourra générer plus de deux mille emplois directs et cinq mille emplois indirects, ainsi que les recettes fiscales à encaisser.  Eu égard aux dividendes que pourront engranger les Congolais du fait de l’existence de ce port en eaux profondes, le gouvernement croit faire œuvre utile en privilégiant sa construction, même si cela devrait modifier le calendrier des travaux censés débuter en août 2020. D’après certaines indiscrétions, Kinshasa craindrait que le flux commercial en matière de dédouanement et de fret soit orienté vers Pointe-Noire, au détriment des intérêts économiques du Kongo central dont les ports de Matadi et de Boma risqueraient d’être phagocytés.   Il est à noter que le pont route-rail Kinshasa-Brazzaville, dont l’idée a émergé au début des années 1990, coûtera six cent soixante millions de dollars américains sur financement de la plate-forme d'investissement Africa 60 et de la Banque africaine de développement.                      

Alain Diasso

Légendes et crédits photo : 

Le port de Matadi

Notification: 

Non