Energie : la Centrale électrique du Congo passe de 314 à 484 mégawatts

Mardi 18 Février 2020 - 20:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le président de la République, Denis Sassou N'Guesso, a mis en service, le 18 février, la troisième turbine de la Centrale électrique du Congo (CEC) dont la production passe de 314 à 484 mégawatts. Située à Ngoyo dans le sixième arrondissement de Pointe-Noire, cette turbine de la centrale à gaz va améliorer l'offre nationale en électricité. 

La cérémonie s’est déroulée dans l’enceinte de cette société anonyme dont le gouvernement détient 80% des parts contre 20% de la société Eni. Avec ses deux premières turbines d’une capacité de production de 314 MW, la CEC a permis à plus d’un million cinq cent mille ménages d’avoir accès à l’électricité, a indiqué Guido Brusco, responsable de la région Afrique de l'ouest et du centre du groupe Eni.

L'augmentation de la production de la CEC permettra de donner une impulsion aux industries et à la réalisation du projet de la zone économique spéciale de Pointe-Noire. Elle va aussi contribuer à la diversification de l’économie nationale, ainsi qu'au développement de la main d’œuvre locale. La CEC est un outil industriel majeur pour le développement économique du pays. C’est un maillon essentiel dans la mise en place du boulevard énergétique devant faire du Congo un pôle énergétique stratégique dans la sous-région.

La poursuite de cette aventure de la CEC, a estimé Guido Brusco, nécessite la création des conditions favorables au développement de l’industrie gazière et de l’électricité ; la mise en place d’un cadre juridique approprié à l’industrie du gaz ; la restructuration effective de la chaîne de valeur de la production, le transport et la distribution, ainsi que la fiabilisation du réseau de transport existant.

 Par ailleurs, la CEC envisage de se doter d’une quatrième turbine qui permettra de porter sa production à 1000 mégawatts. L’excèdent de l’énergie pourra être exporté vers les pays voisins. « Grâce à ses dotations naturelles gazières et hydrologiques, le secteur de l’électricité présente un important potentiel de rentabilité dans le large marché de la communauté économique des Etats de l’Afrique centrale qui est en sous capacité », a déclaré le ministre de l’Energie et de l’hydraulique, Serge Blaise Zoniaba.

 Il a également annoncé les investissements dans le domaine de l’énergie, notamment en ce qui concerne l’amélioration de la performance des lignes haute tension entre Brazzaville et Pointe-Noire, la construction d’une seconde ligne très haute tension partant de Pointe-Noire et connectant les sites de barrages hydroélectriques identifiés avant d’atteindre Brazzaville et continuer vers la frontière avec le Cameroun et la République centrafricaine.

A cela s’ajoutent les projets de construction de la ligne devant relier Pointe-Noire à Cabinda en Angola et de l’oléoduc de transport des produits pétroliers entre Pointe-Noire et Ouesso en passant par Brazzaville.

La maire de Ngoyo Yolande Edith Ketta Bangui s’est réjouie de la mise en service de la troisième turbine de la CEC, précisant qu’elle va permettre d’améliorer la fourniture de l’électricité dans la capitale économique.

 

Lucie Prisca Condhet N’Zinga et Charlem Léa Legnoki

Légendes et crédits photo : 

1-Une vue de la nouvelle turbine de la CEC 2-La coupure du ruban symbolique par le président de la République/DR

Notification: 

Non