Hydrocarbures : faire du pétrole une ressource pivot de la diversification économique

Mercredi 19 Février 2020 - 16:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

La quatrième édition de la conférence internationale et exposition sur les hydrocarbures au Congo (CIEHC4) s’est ouverte le 19 février, à Kintélé, au nord de Brazzaville, dans un contexte de mobilisation pour la diversification économique et l’intégration régionale.

L’évènement va réunir pendant trois jours, les délégués des pays africains producteurs de l’or noir, les investisseurs locaux et étrangers, ainsi que les experts du secteur pétrolier et gazier. Les participants vont essayer de rapprocher leurs vues sur la situation actuelle de l’industrie pétrolière et gazière du Congo, les différentes expériences et les perspectives.

En effet, l’industrie pétrolière constitue la principale source de revenus de la République du Congo, soit 70% des recettes de l’État, 80% des exportations du pays et 50% du PIB. Lançant les travaux de la rencontre, le Premier ministre, Clément Mouamba, a évoqué la nécessité de diversifier l’économie nationale face au risque de « tout pétrole » marqué par la fragilité du marché mondial.

« La ressource pétrolière doit financer l’économie et servir en même temps de levier à la diversification qui garantit les bases d’une croissance qui se veut plus résiliente et inclusive. C’est le point commun des objectifs fondamentaux des politiques publiques dans chacun des pays pétroliers africains qui, pour ce faire, mettent en œuvre des réformes hardies afin de desserrer l’étau du pétrole sur les économies », a signifié Clément Mouamba.

Il a pour cela invité les hauts cadres, ainsi que les principaux investisseurs de l’industrie pétrolière et gazière à développer leur réseau dans le secteur afin d’augmenter le niveau de coopération et de générer de nouvelles collaborations entre les entreprises.

 Le rôle clé de la SNPC

La Société nationale des pétroles du Congo (SNPC) est l’un des principaux acteurs du secteur au Congo. Son rôle a été renforcé dans le nouveau code des hydrocarbures de 2016, qui accorde à l’entreprise publique « la titularité » de tous les permis d’exploration et d’exploitation avec une participation minimum de 15%.

Pour le directeur général de la SNPC, Maixent Raoul Ominga, ces échanges de Brazzaville devraient contribuer à ouvrir le secteur local à l’innovation technologique, aux pôles de compétences et à de nouveaux partenariats. « La SNPC est bien placée pour accompagner toute société ou tout investisseur dans sa démarche de créateur de valeur dans le domaine des hydrocarbures au profit de toutes parties concernées », a-t-il assuré.

Notons que cette quatrième édition de la CIEHC4 est organisée sur le thème « Valoriser les ressources en hydrocarbures en vue de la diversification économique et de l’intégration régionale ».

Outre le thème principal, les participants vont également échanger autour des sous-thèmes suivants : « Le développement de la chaîne de valeur de l’industrie pétrolière et gazière dans la région ; défis et perspectives » ; « Promotion des partenariats fructueux en vue de faire progresser l’exploitation des ressources pétrolières et gazières » ; « Stimulation de l’investissement étranger au Congo, développement durable et environnement » ; « Stratégies de financement des projets de développement énergétique ».

Fiacre Kombo

Légendes et crédits photo : 

- Les officiels à l'ouverture de la conférence/Adiac - Les participants/Adiac - Le Premier ministre visitant un stand/Adiac

Notification: 

Non