RDC : la FBCP exige le désengorgement des prisons

Mardi 15 Septembre 2020 - 16:57

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Pour cette ONG de défense des droits de l’homme établie en RDC, surpeuplées, insalubres, avec des installations qui ne répondent plus aux normes, ces institutions carcérales sont devenues de véritables mouroirs.

La Fondation Bill Clinton pour la paix (FBCP) en visite de constatation le 13 septembre à la Prison centrale de Makala a fait savoir que le magasin  et la pharmacie de cette institution pénitentiaire sont toujours vides. « Il y a toujours  rupture des stocks de nourriture et manque des médicaments ; malgré l'appel lancé par le président Felix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, le 6 septembre 2020 lors du Conseil des ministres, pour l’amélioration des conditions de vie des prisonniers et détenus préventifs en RDC », souligne la FBCP dans un communiqué signé le 14 septembre par son président, Emmanuel Adu Cole.

Cette ONG regrette, par ailleurs, qu’il y ait, dans l’entretemps, des victimes et des décès quotidiens.

Face à cette situation, l’ONG réitère son appel exigeant des autorités politico-administratives et judiciaires de vite agir pour éviter le pire. La FBCP attend d’elles également le désengorgement de toutes les prisons et maisons carcérales du pays, tel que décidé par le chef de l’Etat et le gouvernement de la République pour faire face à la propagation de la pandémie de coronavirus.

Cet appel s'inscrit dans le cadre d’un plaidoyer mené par cette ONG qui réclame l’amélioration des conditions de détention dans ces prisons et maisons carcérales, des procédures judiciaires ainsi que des conditions de travail des magistrats et autres employés des instances de la justice.

Lucien Dianzenza

Légendes et crédits photo : 

Photo; le président de la FBCP, Emmanuel Adu Cole, avec le groupe de la formation de la sensibilisation à la covid-19, a la prison militaire de Ndolo

Notification: 

Non