Situation sécuritaire : Milices et groupes armés toujours très actifs dans l’Est de la RDC

Mercredi 16 Septembre 2020 - 16:42

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Les tensions communautaires existantes sont la deuxième cause de l’insécurité dans cette partie du pays.

Le porte-parole militaire de la Monusco, le lieutenant-colonel Tabore Haidara Moctar, a fait état lors de la conférence de presse hebdomadaire de la Monusco du 16 septembre d’une situation sécuritaire préoccupante dans les provinces de l’Ituri, du Nord-Kivu, du Sud-Kivu et du Tanganyika situées dans l’Est de la RDC. Outre la présence des milices et autres groupes armés dans cette partie du pays, l’insécurité serait justifiée par des tensions communautaires existantes.

En Ituri, a affirmé le porte-parole de la Monusco, la situation sécuritaire demeure préoccupante en raison des tensions communautaires existantes entre Hema et Bira dans les territoires de Djugu et Irumu. Aussi, a-t-il précisé, les groupes armés poursuivent leurs attaques contre les forces de défense et de sécurité et surtout contre les populations civiles dans les territoires de Djugu, Irumu et Mahagi. « Les attaques ont ciblé ces dernières semaines les axes routiers, les bases des forces de défense et de sécurité notamment les forces armées de la RDC ».

Pour faire face à cette recrudescence de violence contre les civils et les Forces de sécurité, la force de la Monusco a intensifié ses patrouilles. Elle a renforcé sa coopération avec les FARDC notamment en augmentant les patrouilles conjointes et en participant activement dans les différentes opérations telles « Opération pigeon blanc ». Des actions sont également menées pour offrir et renforcer la protection des camps de déplacés internes par des patrouilles et la conduite d’exercices communs.

Selon le lieutenant-colonel Tabore, l’environnement sécuritaire demeure fragile dans la province du Sud-Kivu, en raison de conflits fonciers récurrents dans l'est du territoire de Kalehe. Une présence de miliciens a été signalée à Kawizi - Kiliba - Runingu et demeure ainsi une préoccupation dans la plaine de Ruzizi. Des affrontements ont été enregistrés entre les FARDC et les FNL (Force nationale de libération) et alliés Mayi-Mayi dans les régions d’Uvira et de Sange.

Par ailleurs, les Mayi-Mayi Yakutumba reprennent leurs attaques contre les positions de l’armée congolaise dans le territoire de Fizi (province du Sud-Kivu) après une brève accalmie. Les Casques bleus y ont augmenté les actions conjointes avec les FARDC, afin d’empêcher ou de stopper les activités des Mayi-Mayi.

Dans le Tanganyika, la situation sécuritaire est instable à Nyunzu et Bendera en raison de l'activité des groupes armés et des conflits intercommunautaires. La Monusco continue d’encourager et de faciliter les dialogues intercommunautaires afin de prévenir les tensions et violences interethniques.

Jules Tambwe Itagali

Notification: 

Non