Mines : le document « Congo nursing or bashing » fustige les publications de Global Witness

Vendredi 25 Septembre 2020 - 15:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Des organisations congolaises de la Société civile s'inscrivent en faux au sujet des rapports de l'ONG internationale Global Witness qui accuse uniquement les Congolais dans ses publications à propos de la mauvaise gouvernance dans le secteur minier en République démocratique du Congo. Elles prônent l'audit des partenariats de la Gécamines.

La Coalition « Tous pour la RD-Congo » (TPRDC), une sorte de plateforme des organisations de la Société civile et certains activistes, a, à travers un document de 55 pages, dénoncé l’orientation des études et opinions de l’Ong britannique Global Witness dans le secteur minier en République démocratique du Congo. Secrétaire exécutif de la Ligue congolaise de lutte contre la corruption (Licoco), Point Focal de Transparency International en RDC et membre de la Coordination de la Coalition TPRDC, Ernest Mpararo Chikolwe a animé, le mercredi 23 septembre 2020 au Centre Interdiocésain à Kinshasa, une conférence de presse pour présenter ledit document intitulé « Congo nursing or bashing ». Sur sa page de garde, les organisations de la Société civile pose la question centrale de cette étude : « Pour qui travaille réellement Global Witness ? ».

Dans l’économie de ce document, TPRDC fait un constat : Global Witness a publié plus de douze rapports sur la République démocratique du Congo depuis 2004. Et ces rapports se focalisent toujours de la « même manière orientée » sur le secteur des ressources naturelles, et tout particulièrement sur le secteur minier et la Gécamines. Et Ernest Mpararo décrie : « Dans toutes ses publications que notre coalition a lu avec beaucoup d’attention, nous constatons qu’elle (Global Witness) propose de manière sélective, subjective, approximative, réfutable, non contradictoire, anachronique et paternaliste une vision historique et idéologique tronquée aux problèmes du sous-développement de notre pays et de solutions plus simplistes que réalistes aux partenaires de la RDC, une solution simpliste en sanctionnant les corrompus (Congolais) en favorisant l’accueil des investisseurs occidentaux et en attirant la méfiance sur les Chinois ». 

Pour la Coalition, soutient Ernest Mpararo, « Global Witness utilise malignement les termes ‘corruption des élites congolaises’ pour distraire l’opinion publique internationale et éluder les inégalités et déséquilibre du secteur minier congolais, entretenues par des lobbies internationaux à travers leurs multinationales qui sont vraie cause du manque des ressources financières de l’Etat nécessaires à sa lutte contre la pauvreté, comme il est dit clairement dans le Rapport d’avril 2016 de la Banque mondiale ».

Ernest Mpararo rappelle le contexte de guerre lorsque les mines congolaises avaient été cédées, le gouvernement de la RDC était sous pression par les Occidentaux et les institutions financières internationales au moment de l’adoption du Code minier de 2002, avant d’être livré à lui-même lors de la revisitation des contrats miniers. « La Coalition Pour Tous de la RDC estime que Global Witness durant toutes ces années aurait dû pousser son analyse plus loin pour étudier comment est-ce que les entreprises minières occidentales ont obtenu des gisements et signé des contrats miniers pour mieux établir la responsabilité des uns et des autres dans la mauvaise gouvernance du secteur minier », déclare-t-il.

C’est cette analyse qui n’est pas faite par Global Witness et que la Coalition TPRDC a voulu mettre au grand jour en créant un débat rationnel et objectif autour du « rôle joué hier et aujourd’hui par des pays occidentaux dans le pillage des ressources naturelles à travers leurs entreprises minières et utilisant certaines Ong internationales dont Global Witness, Enough Project et The Sentry » ; du « déséquilibre des contrats miniers hérités pendant la guerre qui ne permet  pas au pays de maximiser les recettes ». Ce débat rationnel devrait s’articuler aussi sur la nécessité d’auditer la Gécamines, certes mais aussi et surtout tous les partenariats de la Gécamines pour mieux établir les responsabilités sur le déséquilibré caractérisé dans le secteur minier aux dépens de la République démocratique du Congo.

Martin Enyimo

Légendes et crédits photo : 

Le document Congo nursing or bashing de la Coalition Tous pour la RD-Congo

Notification: 

Non